Philippe Gilbert : « Il est assez difficile d’expliquer ce que j’attends vraiment de cette dernière saison »

Le coureur de Remouchamp, 39 ans, a décidé de raccrocher avec le secret espoir d’aller chercher un 5e Monument pour étoffer encore son palmarès riche de 78 succès. La dernière victoire de Philippe Gilbert remonte cependant à 2019 avec deux succès au Tour d’Espagne dans la foulée d’un triomphe à Paris-Roubaix. L’ancien champion du monde (à Valkenburg en 2012) rêve d’un dernier coup d’éclat et pourquoi pas à Milan-San Remo, mais a avoué n’avoir pas encore une idée très précise des contours de son programme pour la saison prochaine.

« Je ne connais pas encore mon programme, mais je veux en tous les cas profiter de chacun des derniers kilomètres », a confié Philippe Gilbert lors du point presse de son équipe Lotto Soudal mardi à Paal. « Il est assez difficile d’expliquer ce que j’attends vraiment de cette dernière saison. Je vais de toute façon donner le meilleur de moi-même au départ de chaque course. On va bientôt définir avec l’équipe ce que l’on attend de moi sur telle ou telle course. »

Caleb Ewan, le sprinteur de Lotto Soudal, était également présent au point presse pour parler des ambitions pour 2022. « Je ne connais pas encore mon programme et nous devons en discuter avec la direction sportive », a précisé l’Australien qui a déjà coché Milan-Sanremo dans son agenda. « J’ai déjà été deux fois proche de la victoire là-bas et j’aimerais évidemment une fois gagner. J’ai hâte d’y être. De plus, Philippe Gilbert sera aussi probablement au départ. Il peut être le deuxième leader idéal et me garder à l’abri du vent. Et si je ne me sens pas dans un bon jour, il peut finir le travail. Je suis aussi très content que mon train de sprint a été renforcé. »