Patrick Lefevere savoure sa première victoire en grand tour: « Nous sommes en avance sur les plans »

Patrick Lefevere avait déjà gagné des grands tours avec Tony Rominger. « Mais c’était du temps de la Mapei et je n’étais pas encore CEO de l’équipe. Je n’étais pas concerné comme aujourd’hui », dit-il.

La victoire de Remco Evenepoel a, pour lui, un goût particulier. Parce qu’il s’agit de son poulain. « Quand Remco est arrivé chez nous, on a tout de suite voulu en faire un coureur de grands tours. Mais nous sommes en avance sur les plans. Dans ma tête, il devait être compétitif en 2023 au Giro ou à la Vuelta et en 2025 au Tour de France. Une fois de plus, il a été plus rapide que ce que l’on pensait. Je ne veux pas le comparer à d’autres, mais Remco est différent. »

Le Roularien avoue avoir été surpris par son protégé. « En regardant ses données à l’entraînement, nous savions que Remco était fort. Mais pas à ce point-là. Entre nous, on espérait qu’il termine cette Vuelta dans le top 5, voire le top 3. Et voilà ! Il vit tellement pour ses objectifs, s’impose tellement de sacrifices ! Lors du stage à Livigno, il a pris une chambre dans un autre hôtel que ses équipiers parce qu’il avait peur du Covid. Il fait tout dans les moindres détails. Certains ont dit de Remco qu’il parle de trop, qu’il a une grande gueule, qu’il ferait mieux de rouler, de se taire et qu’il est arrogant. Je pense qu’il a donné la meilleure des réponses possibles. »

Le Wolfpack, dans son entièreté, a répondu présent. « C’est ce qui me fait le plus plaisir. Ce résultat montre, une bonne fois pour toutes, que le Wolfpack est aussi une équipe de grands tours. Nous avions déjà emmené Rigoberto Uran à la troisième place du Giro et Enric Mas à la deuxième de la Vuelta. Mais, maintenant, il n’y aura plus de débat. »