O’Neal et Bryant: des trophées, du spectacle et des disputes

Trois fois champions NBA avec les Lakers, Shaquille O’Neal et Kobe Bryant ont brillé ensemble à Los Angeles. Malgré ces trophées et une belle complicité sur les parquets, leur relation personnelle n’a pas toujours été évidente.

Lors d’une émission d’hommage à Kobe Bryant, Shaquille O’Neal était très ému. « J’ai perdu mes deux grands-mères, ma soeur, et maintenant un petit frère« , a déclaré un Shaq abattu.

Avec Bryant, O’Neal a gagné trois championnats NBA consécutifs (2000, 2001, 2002) et perdu une finale face aux Pistons de Détroit en 2004. Si le mythique duo a mis des étoiles dans les yeux des spectateurs du Staples Center, leur relation a longtemps été conflictuelle.

Tout débutee en 1996, quand les Lakers de Los Angeles ont acquis le jeune Kobe Bryant en échangeant Vlade Divac avec les Hornets. La même année, la franchise jaune et violette engage la star Shaquille O’Neal. L’histoire commence. D’entrée de jeu, Shaq explique aux Lakers qu' »il n’est pas là pour jouer au baby-sitter« . Il débarque d’Orlando pour un contrat XXL et redoute de se faire voler la vedette par un gamin de 18 ans. 

Kobe arrogant? Il a confiance en ses capacités et n’hésite pas à faire face à Shaquille, colosse de 2m16 et 145 kilos. Très vite, les rumeurs fusent sur une mésentente entre Kobe et Shaquille. Le pivot trouverait la jeune recrue des Lakers trop égoïste sur le terrain. Leur coéquipier, Derek Fisher tente de mettre fin aux rumeurs: « Tout ça est bien loin de la vérité. Tout ce que Shaq veut, c’est gagner. » La relation qu’entretiennent les deux joueurs est froide mais l’arrivée de Phil Jackson en 99 comme coach et les victoires vont, un peu, apaiser les tensions.

Trois bagues de champion NBA

Lors de l’ultime match de la finale de la conférence West en 2000, les Lakers sont menés de 15 points face à Portland. Si les Lakers ne reviennent pas au score, ils peuvent oublier la finale. L’équipe est donc dos au mur. Kobe sert alors un alley-oop à Shaq qui conclut à une main. O’Neal célèbre son panier et la remontada est lancée. Cette passe est vue par beaucoup d’amateurs de basket comme le moment où le duo magique Kobe-Shaq est né. Les Lakers ont ensuite battu les Indiana Pacers en six matchs et ont remporté leur premier championnat NBA depuis 1988.

En 2001, les coéquipiers gagnent un second titre d’affilée. Lors de cette saison, Kobe Bryant prend de plus en plus d’importance dans l’équipe. Shaquille en perd un peu. Il l’accepte difficilement et le fait savoir à la presse. De son côté, Phil Jackson condamne les comportements « juvéniles » de ses deux stars. Il demande aux joueurs de faire passer l’intérêt de l’équipe avant les ego personnels. Leur comportement change et le pivot admet devoir se remettre en forme. Il ne blâme plus son coéquipier. O’Neal décrit même Bryant comme « son idole » et le « meilleur joueur de la ligue, de loin« . En 2002, le duo mène les Lakers vers un troisième titre consécutif.

Dès 2003, c’est reparti et O’Neal allume Kobe face aux journalistes. Il estime que Bryant « a besoin de conseils pour apprendre à jouer au ballon en équipe ». Kobe Bryant estime de son côté qu’O’Neal « ne prend ses responsabilités que lorsque l’équipe gagne« . Ces mini-clashs plombent l’ambiance. Jackson demande à ses joueurs d’arrêter d’aborder leur relation face aux journalistes. Il infligera une amende à son numéro 8 (et futur 24) pour ne pas avoir respecté ses consignes.

O’Neal s’en va, Kobe reste

Après une défaite face aux Pistons en 2004, l’avenir de Phil Jackson, de Shaquille O’Neal et de Kobe Bryant aux Lakers est compromis. Seul Bryant re-signe pour 7 ans. O’Neal est envoyé à Miami. Il était visiblement plus facile pour ces deux joueurs d’apprécier le jeu de l’autre lorsqu’ils n’évoluaient pas sous les mêmes couleurs. Depuis 2006, les joueurs se félicitent l’un et l’autre, rigolent et se tapent dans la main lors des matchs de All-Star Game. Ces dernières années, les deux joueurs se sont même souvent exprimés sur leur relation. Pour Kobe, « Shaq est une force de la nature et aurait pu devenir le plus grand joueur de tous les temps s’il avait eu la même éthique de travail que lui.« 

En 2015, le Black Mamba est également revenu sur l’atmosphère qui régnait à l’époque dans le vestiaire californien: « les choses que l’on a pu dire à l’époque, on les pensait. Mais en vieillissant et avec du recul, tu te dis : ‘Merde, j’étais un idiot quand j’étais plus jeune…’ La chose la plus importante à retenir, c’est qu’il faut fermer sa bouche. On n’a pas besoin d’aller se plaindre auprès de la presse. Kobe continue: « il suffit de garder les choses en interne, qu’ils s’agissent de disputes ou de désaccords. Que nos problèmes aient été autant relatés par voie de presse est vraiment quelque chose que je regrette. »

De son côté, le Shaq ne répond pas clairement lorsqu’on lui demande qui est le meilleur joueur aux côtés duquel il a évolué mais Kobe est le seul joueur qu’il mentionne dans sa réponse. Il explique également que son départ de Los Angeles n’avait rien à voir avec Kobe Bryant. « Je gagnais beaucoup d’argent et j’avais le sentiment de mériter davantage« , explique O’Neal. Est-ce que quitter Los Angeles était une erreur? Il répond : « je n’aime pas vivre dans un monde de « si ». Mais si nous étions restés, nous aurions peut-être pu en gagner six (championnats). »

La relation entre les deux joueurs était belle sur le terrain, complexe dans le vestiaire et fructueuse en termes de trophées. Leurs différends n’ont pas empêché ces deux stars d’écrire une page importante de l’histoire de la NBA. Après avoir quitté les parquets, les joueurs ont gardé contact. S’ils ne se voyaient pas tous les jours, ils venaient régulièrement aux nouvelles. Oncle Shaq et oncle Kobe étaient attentifs aux enfants de l’autre. Kobe a encore pris des nouvelles du fils de Shaq quelques heures avant le crash de son hélicoptère.

Dimanche le Shaq a perdu un « petit frère« . Avec un petit frère, on se chamaille et on s’aime aussi.