On a trouvé les supporters belges invités par le Qatar : « Mais on n’a pas de ticket pour les Diables »

Il y a un peu de Belgitude dans le désert. Grâce notamment aux vingt supporters belges invités par la FIFA et le Qatar pour le Mondial 2022. Comme des centaines de fans issus de 59 pays différents, ils bénéficient d’un séjour tous frais payés à Doha et d’une invitation pour le match d’ouverture entre le Qatar et l’Equateur. Une carte visa prépayée avec 68 dollars par jour leur est également fournie.

Au milieu des milliers de fans locaux et des nombreux et enthousiastes Équatoriens, il y avait de petites grappes de délégations de tous les pays, ce dimanche, avant le match, aux alentours du stade Al Bayt. Parmi elles, on a trouvé les irréductibles petits Belges, qui ne sont pas passés inaperçus. Tout le monde voulait faire une photo avec eux, preuve du degré de sympathie qui se dégage notre pays.

« Nous sommes arrivés vendredi », explique, dans un français impeccable, cette supportrice d’origine flamande qui a préféré rester anonyme. « L’hôtel est sympa et on a nos nuits payées jusqu’au 4 décembre. Par contre, on n’a pas de ticket pour les matchs des Diables. On espère qu’il y aura des possibilités d’achat en dernière minute via les desks ticketing. »

Les billets pour les matchs de la Belgique ne faisaient, en effet, pas partie du deal. Mais tous les membres de la petite délégation noire-jaune-rouge ne sont pas dans le cas. Frédéric Martin, lui, a ses tickets. « J’avais acheté le package pour suivre les Belges avant d’être invité mais j’avais renoncé à venir au vu du prix des vols et des logements. Cette possibilité est donc tombée à pic. » Elle lui permet une économie estimée entre 5 000 et 10 000 euros. « Depuis le temps que je dépense de l’argent pour les Diables., cela fait plaisir », sourit-il.

Il faut dire que le mot fidélité lui colle à la peau. Frédéric est un inconditionnel. Il n’a pratiquement raté aucun match depuis 2014. Pour lui, peu importe que cette invitation soit liée à un accord pour ne pas discréditer l’image du Qatar. « Je pense qu’il y a une part de jalousie dans toute cette polémique. Nombreux sont ceux qui voudraient être à notre place », assure-t-il. Quant aux autres polémiques, écologique notamment, il les balaie également d’un revers de la main. « Dans quatre ans, le Mondial aura lieu aux Etats-Unis, au Canada et au Mexique. Il faudra par exemple prendre l’avion entre chaque match alors qu’ici, au Qatar, tout se fait en métro pour aller d’un stade à l’autre… »

Et sportivement, qu’espère-t-il des Diables rouges ? « Le premier tour sera déjà compliqué puis les gros morceaux arrivent dès les huitièmes de finale en cas de qualification. Un quart de finale serait déjà bien, même si on espère toujours plus. Si la Belgique se qualifie pour le second tour, la possibilité de rester sur place jusqu’à leur élimination est inclue dans notre invitation. »