Michel Preud’Homme déplore les fautes d’antijeu: « Étant donné que j’en parle, je suis déjà sûr qu’on sera punis… »

Michel Preud’homme déplore les fautes d’antijeu. Il n’hésitera plus à faire de même.

Ce ne sera pas la base de notre jeu, mais il faut qu’on soit capables aussi de les faire au bon moment. »

Ce que Michel Preud’homme évoque, ce sont les fautes stoppant les reconversions offensives, dont se rendent coupables ses adversaires sans être sanctionnés, ou trop tard selon lui.

« En Belgique, on permet beaucoup de choses. On voit que pratiquement toutes les équipes font des petites fautes pour casser le rythme, empêcher l’adversaire de repartir et se remettre en bloc en perte de balle. Cela se voit tout le temps, mais ce n’est pas puni, ou pas assez vite. On commence à donner des cartons quand cela arrive systématiquement dans les dix dernières minutes… C’est beaucoup trop tard », regrette le mentor des Rouches.