Mehdi Bayat s’étonne d’être cité dans le dossier Footgate: « Jamais mon nom n’était sorti »

La liste est longue et comporte des noms importants de football belge : le président du Club Bruges Bart Verhaeghe, le manager des Blauw & Zwart Vincent Mannaert, le manager de La Gantoise Michel Louwagie, le président du Standard Bruno Venanzi, mais aussi Mehdi Bayat, l’administrateur délégué de Charleroi.

Invité sur LN24, le Franco-Iranien a été interrogé sur le dossier Footgate. Cité, aux côtés de grands noms du ballon rond, l’administrateur délégué du Sporting de Charleroi a expliqué qu’il n’était techniquement pas encore inculpé. Ce processus de réquisitoire effectué par le parquet demande à ce que les 57 personnes citées aient la possibilité d’être inculpé. Ce n’est que plus tard que l’on saura qui devra se rendre devant un tribunal.

« Mais j’ai envie de dire, tant mieux. Il faut que le parquet se positionne pour permettre à tout le monde de voir ce qu’on lui reproche dans le dossier », explique Mehdi Bayat. Surpris de cette annonce, le Franco-Iranien s’étonne d’entendre son nom mentionné. « Depuis le début de cette affaire, jamais mon nom n’était sorti. Le seul moment où on a reçu la visite d’inspecteurs dans le cadre de certains transferts, on a de nous-même communiqué tout de suite, sans rien cacher. »

Il insiste aussi sur son rôle à la fédération belge.« Le footgate, qui a démarré il y a 3 ans, a pu mettre en place différentes choses. Sous mon impulsion notamment, à la fédération, de nombreuses choses ont été mises en place pour éviter certaines dérives. »

Il insiste également sur le fait qu’on accorde beaucoup d’importance aux déclarations du premier repenti de la justice belge.« Ce qui est important, c’est que les propos du repenti Veljkovic soient bien vérifiés. Sinon ça serait dangereux. En ce qui concerne les méthodes utilisées à l’époque par monsieur Veljkovic, elles ne peuvent plus fonctionner maintenant. On a besoin de plus de transparence. »