Mehdi Bayat s’adresse aux supporters carolos après l’envahissement de terrain: « On gagne ensemble et on perd ensemble » (VIDEOS) (Mise à jour)


Un rendez-vous fixé par les Storm Ultras, le groupe de supporters bien connu du Sporting qui veut se faire entendre suite aux mauvais résultats du club. Après le déroulement de quelques banderoles, certains fans sont entrés dans le stade et ont accédé à la pelouse, comme en atteste la vidéo postée sur les réseaux sociaux des Storm Ultras.

Ces derniers souhaitaient rencontrer Mehdi Bayat, administrateur-général de Charleroi. Le Sporting, éliminé de la course aux playoffs, devait affronter Eupen à 19h, la rencontre ayant été repoussée d’une demi-heure suite à l’envahissement de terrain.

Les supporters patientaient sur le terrain en attendant l’arrivée de Mehdi Bayat. À 17h20, l’administrateur délégué du Sporting est arrivé au Mambourg et a pris la parole devant les supporters pendant une grosse dizaine de minutes.

« Depuis 9 ans, on s’est battu. J’ai eu un rôle important pour écrire une nouvelle page du Sporting Charleroi. On a réussi à ce que notre club devienne un club stable, qu’il ait eu des résultats positifs et vous ait fait vivre des émotions que jamais on a eu dans notre histoire en 115 ans », a-t-il défendu devant la petite centaine de supporters présents avant de faire son mea culpa. « Si on a commis des erreurs cette année, je les assume. Est-ce qu’on a commis des erreurs cette saison ? Oui, je ne les nie pas. C’est un échec collectif. On n’est pas là pour dire que ce n’est que l’entraîneur ou que les joueurs. On gagne ensemble et on perd ensemble. »

« Parfois les transferts sont bons et parfois il y a des ratés. Et puis, il y a une part de malchance : quand un joueur se blesse à l’entraînement ou en match et se retrouve sur la touche pendant 3 mois, que peut-on y faire », a questionné Bayat devant les supporters, visiblement pas convaincus par le discours de l’administrateur délégué du Sporting. Ce dernier a malgré tout tenu à rappeler la motivation intacte de toutes les personnes impliquées dans le club.

Mais cet envahissement de terrain risque de laisser des traces au Sporting: « On s’est battu pour redorer notre image et ce que je vois aujourd’hui, ça me fait mal », a conclu Mehdi Bayat.

Il est ensuite descendu sur la pelouse et a accompagné les supporters en dehors du stade. Dans la foulée, la délégation d’Eupen a reçu le feu vert pour arriver au stade, ce qui explique le report de la rencontre de 30 minutes.