Les Diables se heurtent au plafond d’or


La génération dorée ne gagnera pas encore de tournoi cette année. Et elle n’en gagnera peut-être jamais. Ce nouvel échec sera difficile à digérer mais ne va pas remettre l’avenir de Martinez en question.

On peut parler pendant très longtemps de ce Belgique-Italie qui met fin au rêve de tout un Royaume. Ou on peut le résumer en quelques mots : les Diables ont été battus par plus forts qu’eux vendredi soir à Munich. Tactiquement et techniquement, les Italiens étaient au-dessus mais c’est l’écart de rage de vaincre qui était le plus marquant. Les gladiateurs jouaient en blanc en Bavière.