Le Standard porte réclamation après le match contre le Cercle: « Le VAR doit être irréprochable et ce n’était pas le cas, loin s’en faut »

Le Standard croyait tenir la victoire face au Cercle Bruges mais le VAR en a décidé autrement. Pour un hors jeu très limite, l’arbitre a annulé le but inscrit par Moussa Sissako dans les dernières secondes.

Ce dimanche les Rouches sont revenus sur cette décision dans un communiqué dans lequel ils annoncent leur décision de porter réclamation sur ce match : « Si les amoureux du football sont en droit de regretter les dérives que peuvent engendrer l’utilisation abusive de tels moyens technologiques visant progressivement à altérer l’esprit du jeu et à dénaturer le football, son exploitation devrait, au minimum, être irréprochable. Ce qui ne fut pas le cas dans cette situation. Loin s’en faut », peut-ont lire dans le communiqué publié par le Standard.

Les Liégeois estiment qu’il est impossible, malgré le VAR, d’être certain que Sissako était hors jeu au moment précis du départ du ballon mais remettent également en cause la manière avec laquelle la ligne a été tracée pour définir le hors jeu : « l’image montre très clairement que le point de référence pris pour tracer cette ligne n’est pas le point le plus reculé du corps du défenseur brugeois (sa hanche ressort nettement au-delà de la ligne en tirets représentées sur l’image). Cette erreur manifeste fausse totalement le tracé de la ligne et sa comparaison avec la ligne du Standard prise à l’extrémité de la tête de son buteur, rendant toute conclusion, soi-disant indiscutable, aussi imprécise qu’inexacte. »

En plus de ces erreurs, il est également reproché au VAR d’avoir imposé la décision à l’arbitre et non de l’assister, « comme son nom l’indique ». « Le protocole du VAR indique clairement que l’assistant vidéo ne doit intervenir qu’en cas d’erreur manifeste ou d’incident grave manqué. Ceci s’applique également à l’analyse d’un potentiel hors-jeu. La phase en question ne peut à aucun moment entrer dans une de ces deux catégories. »

« Il nous faut donc constater qu’il s’agit ici de manquements multiples qui ne relèvent en rien du domaine de l’interprétation ou de l’appréciation, mais bien de l’application pure et simple des règles en vigueur », conclut ainsi le communiqué du Standard.