Le coach des Belgian Cats déçus: « C’est une opportunité ratée »

Le Japon, pays hôte, s’est imposé de justesse à Saitama, au terme d’un thriller, 86-85. Au coup de sifflet final, on s’est rendu compte que les basketteuses belges avaient raté une occasion unique de remporter une médaille olympique. Après le tirage au sort favorable en phase de groupes et un quart de finale contre le Japon (pas un top absolu comme les États-Unis), il y avait beaucoup d’espoir de voir les Cats en demi-finale.

« C’est définitivement une occasion manquée, c’est pourquoi nous sommes si déçus », a reconnu l’entraîneur national Philip Mestdagh. « Il faut d’abord se qualifier pour les Jeux olympiques. Ensuite, on commence par un exploit contre l’Australie et on termine le boulot contre Porto Rico. Nous avons laissé filer contre la Chine, c’est vrai, mais c’était peut-être encore mieux de rencontrer le Japon en quart de finale. »

« Le sentiment d’avoir un truc à réaliser était bien présent dans le groupe mais nous ne le concrétisons pas », a poursuivi Mestdagh. « Si nous gagnons aujourd’hui, on évite les États-Unis et on affronte l’Espagne ou la France, deux équipes qui sont jouables pour nous. L’objectif était les quarts de finale mais maintenant nous rentrons chez nous déçus. Nous nous devons d’être sévères avec nous-mêmes. »

Ann Wauters, qui dit au revoir au sport de haut niveau après une carrière impressionnante au terme de ces Jeux, n’a pas eu de dernière opportunité de montrer son talent contre le Japon en raison des conditions de match. Philip Mestdagh le regrette. « Elle a eu une carrière fantastique. Malheureusement, je n’ai pas pu lui dire au revoir comme il se doit aujourd’hui. Elle aurait pu revenir sur le terrain contre l’Espagne ou la France. Elle méritait bien des applaudissements. Sans elle, l’histoire du basket féminin en Belgique ne serait pas la même aujourd’hui. »