« La situation est dangereuse »

L’Olympique de Marseille ne sera que peu concerné par la réception de Limassol, jeudi au Vélodrome pour son dernier match européen de la saison. Et pour cause, les Ciel et Blanc ont tout intérêt à préserver leurs forces pour les compétitions domestiques, qui inquiètent un peu plus Rudi Garcia.

Difficile de nier l’évidence… La rencontre programmée jeudi soir au stade Vélodrome, entre l’Olympique de Marseille et l’Apollon Limassol, ne déchaîne pas les passions, bien au contraire. Les Ciel et Blanc sont d’ores et déjà éliminés, le coup d’envoi est prévu à 18h55, la valeur de l’adversaire et les prestations des Phocéens depuis le début de saison sont autant d’éléments qui n’incitent pas le public à venir remplir l’enceinte du boulevard Michelet. Celle-ci devrait sonner très creux, et Rudi Garcia n’a rien fait ce mercredi pour tenter de motiver les récalcitrants. Le coach a d’ores et déjà annoncé que Rolando et Konstantinos Mitroglou seront laissés au repos, alors que l’incertitude plane encore autour de Morgan Sanson. Surtout, c’est le troisième gardien Florian Escales qui défendra la cage olympienne…

« Il y a toujours de l’enjeu. C’est une question d’honneur, il faut qu’on montre de la fierté. Finir avec 1 point, c’est inadmissible. On veut finir sur une bonne note« , a néanmoins expliqué Maxime Lopez face à la presse. Les Marseillais seraient en effet bien inspirés de faire un peu plus de que de la figuration et d’aller chercher les trois points au détriment de Chypriotes qui pour l’heure les devancent dans le groupe H. Et ça donnerait un peu de baume au coeur aux rares supporters qui seront présents. « On aura surtout besoin de notre 12e homme dimanche contre Bordeaux« , ajoute un Rudi Garcia bien conscient que son OM doit avant tout redresser la barre en championnat, après avoir enchaîné les prestations passables ou médiocres depuis l’entame de l’exercice en cours.

Néanmoins, au classement du championnat, Adil Rami et les siens ne comptent que cinq points de retard sur le dauphin lillois, avec un match de moins au compteur. « Si on était décroché, peut-être que ce serait mieux car on n’aurait plus cette impression qu’on peut se rattraper avec une victoire au prochain match. La situation est dangereuse« , ajoute l’ancien entraîneur de la Roma ou du Losc. A croire que les Olympiens ont tardé à prendre conscience de leurs lacunes et du niveau de jeu affiché… Il n’est néanmoins pas trop tard pour se remettre en selle, à l’issue d’une semaine bénéfique que le report du match à Saint-Etienne a permis de transformer en séances répétées de travail. Plusieurs discussions individuelles ont même été organisées, dixit Garcia. Peut-être le groupe en récoltera-il les fruits lors des trois derniers duels de l’année, des rencontres tous les trois ou quatre jours face à Bordeaux, Strasbourg et Angers.