Julian Alaphilippe « emballé » par le parcours du Tour 2020, « un des plus durs » que Froome ait connu

Julian Alaphilippe, qui a porté le maillot jaune pendant deux semaines l’été dernier, s’est déclaré « emballé » par le parcours du Tour de France 2020 présenté mardi à Paris.

« Ce Tour s’annonce imprévisible », a déclaré Alaphilippe, vainqueur de deux étapes en 2019. « Difficile d’établir un scénario. Déjà, en temps normal, il y a des rebondissements. Alors là… avec un parcours pareil, ça ne peut qu’offrir un beau spectacle ».

« Le parcours est surprenant avec des ascensions inédites et un départ très difficile. J’ai hâte d’y être », a ajouté le Français de l’équipe belge Deceuninck, sans pour autant vouloir confirmer qu’il viserait la victoire.

Sur ses ambitions par rapport au classement général, il a expliqué: « Cela pourra certainement changer mais ce n’est pas l’idée première quand je vais remettre en route pour la saison prochaine. Quand je disais (en 2019) que je n’étais pas venu pour faire le général, c’est la réalité. Je me suis retrouvé en position de leader et tout le monde s’est mis à rêver au fil des jours. Moi aussi je roulais en y pensant forcément. Mais je savais que ce serait très dur avec les trois dernières journées dans les Alpes. J’ai toujours été réaliste. L’an prochain, ce sera certainement un Tour différent, un scénario différent. »

« Alaf » a été ovationné à son entrée sur la scène du Palais des Congrès après son épopée de juillet dernier et a fait part de son émotion: « La reconnaissance du public m’a toujours touché, je vois que ça a marqué les gens, je les remercie encore. En voyant les images, j’avais le frisson. Je serai peut-être attendu l’an prochain mais je ne me mets pas la pression pour ça. Je me fixerai les objectifs (plus tard). Arriver sur le Tour de France pour le gagner, je ne l’ai pas encore en tête. »

Interrogé sur le tracé de la prochaine édition, le puncheur a reconnu: « Sur le papier, il y a des étapes qui me correspondent très très bien, je ne vais pas le cacher. Mais je vais prendre le temps de penser à tout ça, d’aller faire des reconnaissances, c’est encore très loin. »

Le Tour de France 2020 partira de Nice le 27 juin pour arriver à Paris le 19 juillet.

Chris Froome: « Le Tour 2020 sera de toute beauté pour la bagarre entre les favoris »

Chris Froome, grand absent du Tour de France 2019 après une lourde chute à l’entraînement en juin, se bat contre le temps pour retrouver son physique et son niveau sportif. Victime de nombreuses fractures, il ne parle pas encore de retour à la compétition, mais se démène pour être au départ du Tour le 27 juin à Nice. La Grande Boucle 2020 sera de toute beauté, selon le quadruple vainqueur du Tour de France.

Le Britannique Chris Froome, quadruple vainqueur du Tour de France (2013, 2015, 2016, 2017), se remet de sa lourde chute de la mi-juin qui l’a privé du Critérium du Dauphiné et, surtout, du Tour de France où il visait une cinquième couronne.

Le coureur d’Ineos se remet progressivement de multiples fractures, au niveau du fémur, d’une vertèbre cervicale, du coude, de la hanche droite après une lourde chute à l’entraînement à la mi-juin, dans la reconnaissance de la 4e étape du Critérium du Dauphiné.

Le Britannique, toujours boîtant, était présent mardi à Paris pour la présentation du Tour de France 2020.

« J’évolue bien mais j’ai encore beaucoup de travail à faire pour revenir au niveau », a indiqué Froome (34).

« Je ne peux donc encore rien dire sur mon retour à la compétition. On doit encore m’enlever une plaque dans la hanche après quoi j’y verrai plus clair. Je suis en fait déjà très content d’être sur mes deux jambes. Mais je suis très confiant et j’ai envie de retrouver mon plus haut niveau et d’être au Tour de France l’an prochain. »

Commentant le parcours de la 107e édition la Grande Boucle, le Britannique a souligné le caractère très dur du Tour de France 2020.

« C’est un des parcours les plus durs que j’ai connus. Il y aura beaucoup d’occasions de s’exprimer et de faire la course pour les coureurs qui viseront le classement général. En ce qui concerne notre équipe Ineos, il est encore trop tôt pour dire qui va courir quoi en 2020 ».

La victoire du Tour de France 2019 est revenue au jeune coéquipier colombien de Froome, Egan Bernal (22), le plus jeune vainqueur de la Grande Boucle de l’après-guerre

« Je pense que le seul contre-la-montre à la Planche des Belles Filles, la veille de l’arrivée à Paris, pèsera dans la décision finale. On n’a plus vu cela depuis des dizaines d’années au Tour. Ce sera en tout cas une étape très intéressante et excitante, un long CLM de 38 kilomètres. Quant aux étapes de montagnes, je pense que le Col de la Loze à Méribel, qui sera le toit du Tour, sera l’étape-reine de ce Tour 2020. J’imagine que tout le monde veut voir une bataille entre les grands favoris et ce Tour 2020 offre beaucoup d’opportunité dans ce sens… »

Bernal: « J’ai envie de porter le dossard numéro 1 au Tour 2020 »

Le jeune vainqueur colombien du Tour de France 2020, Egan Bernal (22), n’est pas encore certain de disputer le Tour de France 2020. Il a aussi beaucoup de respect pour la Vuelta et le Giro. Il se verrait toutefois bien au Grand Départ à Nice avec le dossard 1 du vainqueur sortant de la Grande Boucle.

Le parcours du Tour de France 2020 est splendide et il sera très dur, avec la montagne dès les premières étapes », a indiqué Egan Bernal. « Mais il faut encore voir si je serai au Tour de France ou à la Vuelta ou au Giro, des épreuves pour lesquelles j’ai aussi énormément de respect. « Nous allons voir les itinéraires, ce que l’équipe pense, ce que Dave (Brailsford, directeur) pense, les autres coureurs… Ce n’est pas juste ma décision. J’ai l’esprit ouvert. Il y a beaucoup de possiblités: le Giro, le doublé Giro-Tour, Giro-Vuelta… », a détaillé Bernal.

Présent mardi à Paris pour la présentation du la 107e édition du Tour de France, Egan Bernal a apprécié la rétrospective de sa victoire finale en juillet dernier. « J’ai revécu mon Tour 2019 avec le film qui a été proposé lors de la présentation par les organisateurs. Ce fut un très bon moment pour moi, une chance de me revoir, je suis très émotif, j’ai presque pleuré. Je voudrais évidemment revenir sur le Tour de France avec le dossard numéro 1. Mais, encore une fois, nous devons pour l’heure rester calmes et bien analyser ce qui se présente à nous en 2020. Il n’y a pas que moi dans l’équipe Ineos, il y a aussi mes collègues. L’équipe prendra la meilleure décision pour tous ».

L’équipe de Bernal qui a gagné six des sept dernières éditions du Tour, compte plusieurs autres têtes d’affiche. Principalement les Britanniques Chris Froome, quadruple lauréat du Tour qui relève d’une grave blessure, et Geraint Thomas, vainqueur en 2018 et deuxième en 2019, ainsi que l’Équatorien Richard Carapaz, qui s’est adjugé le Giro 2019 et a été recruté par Ineos.