Felice Mazzù déçu après Charleroi-Anderlecht: “Je suis frustré, on était la meilleure équipe par moments”

Outre le résultat, c’est le scénario qui lui a fait digérer la dinde de travers. “Le score logique, c’était un match nul. Sans manquer d’humilité ou de respect à l’adversaire, je trouve même qu’on a été meilleurs par moments. Finalement, notre gardien n’a fait que deux arrêts, en comptant celui sur le but…”

C’était le Boring Day au Mambourg entre Charleroi et Anderlecht

Quand Riemer a expliqué à la presse que son équipe avait réussi à attendre le bon moment pour sortir de sa boîte et marquer, Mazzù a tiqué. “Mon collègue dit que les Anderlechtois ont été patients mais ce n’est même pas une opportunité. Ça vient de nous. On remet vers l’arrière un ballon qu’on peut jouer en avant. On laisse l’opportunité à l’adversaire de nous presser. On doit apprendre à gérer ces situations.”

Boukamir, une erreur mais un grand avenir

L’erreur dont il parle vient du jeune Mehdi Boukamir (18 ans). Mais l’entraîneur carolo ne lui en voulait pas. Il a même souligné la belle prestation du gamin. “Il a montré qu’il avait les qualités pour jouer en D1. Il a confirmé sa bonne préparation. C’est un produit du club qui a un grand avenir, à mes yeux. Il a aussi beaucoup d’humilité. Maintenant, il ne faut pas oublier sa jeunesse. Avec le staff, on devra bien choisir nos moments pour le lancer.”

Si Mazzù pouvait féliciter tous ses défenseurs, il n’a pas vu grand-chose offensivement. “On doit apporter plus devant. Mais ce serait trop simple de réduire ça aux joueurs offensifs. On doit amener plus de ballons dans les zones dangereuses.”

Un discours qui ne cache quand même pas la volonté du coach et de la direction au Sporting : un avant-centre est activement recherché sur le marché de janvier. “Oui, on en parle avec les dirigeants. On doit se renforcer, c’est une certitude.”