Federer s’est fait une raison: « Redevenir n°1 mondial, c’est quasiment impossible »

Tennis

À 37 ans, le Maestro entend encore marquer la planète tennis de son empreinte.

Lors d’un entretien accordé à la RTS (Radio Télévision Suisse), la légende helvète a révélé qu’il se focaliserait dans le futur à encore réaliser de « grands exploits ». Quant à l’idée de trôner sur le classement ATP, elle n’apparaît plus comme une priorité.

Il y a tout juste un an, Rodger retrouvait le fauteuil de n°1, à Rotterdam, avant de s’offrir son 97e titre en prime en donnant la leçon à Dimitrov en finale. Retombé au 6e rang suite à son revers concédé face à Tsitsipas à l’Open d’Australie il y a quelques semaines, Federer a indiqué que la place de numéro s’assimilait désormais à une mission « quasiment impossible ».

Avec ce 15e Grand Chelem glané, le troisième consécutif (série en cours), Novak Djokovic a cadenassé avec autorité le sommet du ranking. Et Federer semble s’être fait une raison quant à ce statut prestigieux. « Je préfère être moins bien classé et viser de grands exploits, et j’espère que ce sera le cas cette année », indique-t-il. « Etant plus âgé (Ndlr: 37 ans), je joue donc moins de tournois ».

De retour à Roland Garros cette année, où il ne s’est plus aligné depuis 2015, Federer entend y « prendre du plaisir et jouer sans pression » devant un public hexagonal qui l’admire particulièrement. 

Quant à l’éclosion de la Next Gen, il n’hésite pas à avouer s’en inspirer. « Ils osent des coups impossibles et prennent des risques insensés parfois, c’est ce qui les rend dangereux. Moi aussi, j’essaie de rester jeunes et de tenter des choses », conclut-il.

P.VGL.