En cas de victoire à la Vuelta, voici la récompense qu’empocherait Remco Evenepoel

La victoire se rapproche pour Remco Evenepoel à la Vuelta. Ce jeudi, le « Petit Cannibale » a encore montré qu’il était le patron sur ce Tour d’Espagne. En résistant à tout le monde puis en écoeurant ses adversaires à l’Alto del Piornal, le Belge de 22 ans a un peu plus consolidé son avance sur Mas. Une deuxième victoire d’étape qui permet également à Evenepoel… de pouvoir compter ses futurs gains !

En effet, le gagnant de la Vuelta reçoit un total de 150 000 euros (bien loin des 500 000 € pour le Tour de France). Virtuellement, il devrait également toucher 11 000 euros pour son maillot blanc synonyme de meilleur jeune du Tour. En plus de cela, le coureur Quick-Step va empocher de l’argent pour ses différents résultats durant la course. Depuis le début de la compétition, il a terminé premier par deux fois, deuxième, quatrième, cinquième, huitième (deux fois), dixième, quatorzième (deux fois) et quinzième. Un total qui lui permet d’encaisser 32 840 euros (11 000 € X2, 5 500 €, 1 500 €, 1 100 €, 650 € X2 et 360 € X4).

L’addition de tous ses montants donne un prize money de 193 840 euros. Bien évidemment, tout cet argent ne va pas se glisser directement dans la poche de notre compatriote. L’UCI va prendre 13,82 % de ce montant afin de payer les contrôles antidopage, les frais administratifs et un fonds de solidarité. 10% seront redirigés vers le personnel et les soignants de Quick-Step. Tandis que 20% de la somme lui sera déduit par les impôts. De ces 109 000 euros restants, la logique voudrait que Remco Evenepoel remercie ses équipiers et partagent le pactole avec ceux qui lui ont permis de gagner un grand tour, 32 ans après le dernier Belge. Selon les calculs, cela signifie que le gamin de Schepdaal ne gagnerait finalement qu’un montant compris entre 12 500 à 15 000 euros.

Forcément, cette récompense a de quoi faire sourire. Surtout lorsque l’on compare les chiffres à ceux d’un sport comme le football par exemple. Précisons également que les courses ne représentent pas les seuls revenus pour les coureurs. Par exemple, Remco Evenepoel a prêté son image à celle de Pizza Hut. Il possède également une ligne de vêtements (R.EV 1703) et est le sponsor individuel de BMW Lemmens-Le Couter et le magasin de peinture pour vélos Color Monkey.

De plus, une victoire à la Vuelta renforce l’image de marque du coureur. Ce qui signifie qu’il a plus de force au moment de négocier des contrats par exemple.