Djokovic prêt à sacrifier Wimbledon et Roland-Garros: « Mon corps est bien plus important que n’importe quel titre »

Novak Djokovic pourrait-il, cette année, tenter de battre le record de victoires en Grand Chelem détenu par Rafael Nadal ? Rien n’est moins sur.

Au micro de la BBC, le Serbe est revenu sur la polémique de sa non-vaccination, qui l’avait privé d’une participation à l’Open d’Australie. Pour rappel, le N.1 mondial, qui n’était pas vacciné, a été expulsé d’Australie.

Et le moins que l’on puisse écrire, c’est que cette triste saga n’ait pas convaincu le champion de tennis de changer son fusil d’épaule, bien que l’un de ses biographes avait confié à la télévision serbe que « d’après ce qu’il avait entendu, Djokovic s’était fait vacciner ». C’était donc faux puisque le Serbe a confié à nos confrères de la BBC qu’il ne s’était pas encore fait injecter la moindre dose pour se protéger du coronavirus. « Avec toutes les informations dont je dispose, j’ai décidé de ne pas prendre ce vaccin pour le moment ».

De quoi le priver d’autres tournois majeurs comme Roland-Garros et Wimbledon, Grands Chelems pour lesquels une couverture vaccinale est, à l’heure actuelle, obligatoire. Mais cela ne semble pas l’inquiéter, lui qui est prêt à faire une croix sur ces deux grands rendez-vous du tennis. « Oui, c’est le prix que je suis prêt à payer. Je n’ai jamais été contre la vaccination, mais j’ai toujours soutenu la liberté de choisir ce que vous injectez dans votre corps », s’est-il défendu auprès de nos confrères.

Avant de poursuivre: « Les principes de prise de décision concernant mon corps sont plus importants que n’importe quel titre ou quoi que ce soit d’autre. J’essaie d’être en phase avec mon corps autant que possible. J’ai toujours été un excellent étudiant en matière de bien-être, de santé et de nutrition. »

Djoko a tout de même reconnu qu’il réfléchirait encore à la possibilité de se faire vacciner ou non.

Suite au prochain épisode…