Des supporters révoltés par le durcissement des sanctions en matière d’objets pyrotechniques: « Comme si notre voix ne comptait pas »

Annelies Verlinden a annoncé il y a quelques jours vouloir durcir le ton en matière d’utilisation d’objets pyrotechniques. C’est dans cette direction que la « Loi Football » sera ainsi prochainement modifiée. Les contrevenants s’exposeront désormais à une amende administrative de 1.000 euros et à une interdiction de stade de deux ans pour la manipulation de feux de Bengale, ainsi qu’une amende administrative de cinq cents euros et une interdiction de stade d’un an pour l’utilisation d’autres types de matériaux pyrotechniques.

« Comme si notre voix ne comptait pas »

Dans une lettre ouverte, un collectif de groupes Ultras belges se dit étonné par cette décision: « Aucun de nos groupes n’a été interpellé par nos clubs respectifs ni par les conducteurs de bus que vous avez particulièrement bien mis en scène pour justifier ce durcissement », écrivent-ils. « Cette politique de répression est contre-productive et à contre-courant de ce qui se passe dans d’autres pays européens. »

Selon eux, cette décision a été prise sans consulter les supporters: « Comme si notre voix ne comptait pas », pointent-ils.

Ainsi, dans leur courrier, le collectif demande à ce qu’un dialogue soit ouvert avec les autorités compétentes: « Pour que nous puissions faire part de nos propositions pour encadrer ces actions pyrotechniques dans les meilleurs conditions de sécurité », concluent-ils.

placeholder
© D.R.