De l’or suisse, une retraite, une polémique, un sans-faute et une affaire de dopage: quel vendredi à Pékin!

Les principaux faits de la journée de vendredi à Pékin… Sans oublier la superbe médaille de bronze décrochée par notre compatioteHanne Desmetsur 1.000 m en short-track.

Ski alpin : De l’or, enfin, en super-G pour Lara Gut-Behrami !

Après le bronze de la descente en 2014 et du slalom géant lundi, Lara Gut-Behrami s’est, enfin, offert l’or olympique, ce vendredi, en remportant le super-G, un sacre qui a rendu la Suissesse, âgée de 30 ans, radieuse et apaisée. Exultant sur le podium, la skieuse de Comano, commune du canton du Tessin, y côtoyait l’Autrichienne Puchner et sa compatriote Gisin. « C’est le bon jour pour laisser sortir les émotions. Tout le monde a pleuré à la maison, mon mari, ma maman. C’est si beau. J’ai toujours pleuré aux JO mais, souvent, pour d’autres raisons ! » a lancé Lara, qui avait terminé quatrième de ce super-G en 2014 et en 2018. Avec son 1,60 m, elle rendait une bonne tête à ses deux dauphines, mais elle a encore étalé sur « The Rock », piste inédite pour les skieuses, sa science de l’anticipation, sa lecture des trajectoires et sa capacité à épouser la neige pour lui dérober de la vitesse, même sur les sections plates où se sont engluées ses rivales. Après des débuts de JO catastrophiques, Mikaela Shiffrin a, cette fois, terminé ce super-G aux faibles écarts à la neuvième place.

Snowboard : Ayumu Hirano, sous les yeux de Shaun White, le retraité

Un dernier tour – à 1440 degrés – et puis s’en va. La légende du snowboard Shaun White n’a pu s’élever sur le podium de la dernière compétition de sa prestigieuse carrière en half-pipe, marquée par la première historique du Japonais Ayumu Hirano.  » Trois sur cinq, ce n’est pas mal » , a commenté le triple champion olympique américain en cinq participations, les yeux embués et la gorge étranglée. Ayumu Hirano, premier snowboardeur de la planète à avoir réussi en compétition un triple « cork », en a posé trois en finale ! Dont le dernier de ces triples saltos combinés à quatre tours sur lui-même dans l’ultime passage du concours pour prendre la tête. À 23 ans, Hirano s’est paré d’or, après déjà deux fois l’argent, grâce à un score de 96,00 pts, devançant l’Australien James (92,50) et le Suisse Scherrer (87,25), monté sur le podium lui aussi grâce à une figure inédite en compétition, un double « alley-oop rodeo 1080 », soit un double back-flip combiné à trois tours sur lui-même. « C’était le meilleur concours de half-pipe de l’histoir e ! » ont jugé les spécialistes.

Patinage de vitesse : Nils Van der Poel polémique, puis s’impose !

Après sa victoire sur 5.000 m, Nils Van der Poel a décroché sa deuxième médaille d’or sur l’Anneau national de Pékin. Le prodige… suédois a devancé le Néerlandais Roest et l’Italien Ghiotto alors que Bart Swings a dû se contenter de la dixième place. Au passage, Van der Poel a établi un nouveau record du monde, en 12:30.74, effaçant son précédent chrono de 12:32.95 en date du 14 février, à Heerenveen. Auparavant, le Suédois avait accusé les Néerlandais de corruption, prétendant qu’ils exercent des pressions sur l’organisation pour que la glace soit dure, des conditions qui leur seraient favorables. « Je ne m’occupe pas de cette polémique ! » assure, quant à lui, Bart Swings. « D’un certain point de vue, Van der Poel n’a peut-être pas tort. C’est étrange ce lobbying et le fait qu’ils l’assument. Il est possible que la glace soit formatée en faveur des Néerlandais. Mais je pense que le champion s’en soucie guère. »

Biathlon : Le sans-faute en or de Marte Olsbu Roeiseland

Grâce à un sans-faute sur le pas de tir, la Norvégienne Marte Olsbu Roeiseland (20:44.3) a décroché le titre olympique en sprint, survolant les 7,5 km du site de Zhangjiakou et reléguant ses adversaires à plus de trente secondes. L’argent est revenu à la Suédoise Oeberg (+31) et le bronze à l’Italienne Wierer (+38). À 31 ans, Roeiseland s’est offert son deuxième titre olympique à Pékin puisqu’elle figurait parmi le relais mixte norvégien en début de quinzaine. Encore troisième de l’individuel, elle est montée sur les trois podiums et partira avec un beau matelas d’avance sur ses rivales en poursuite, programmée dimanche.

Patinage artistique : Kamila Valieva, une affaire de dopage qui patine…

Le destin olympique de la Russe Kamila Valieva, favorite pour l’or en individuel après le par équipes, mais contrôlée positive à une substance interdite, est désormais suspendu à une décision du Tribunal du sport attendue avant le 15 février. À 15 ans, Valieva se retrouve prise au milieu d’une retentissante affaire de dopage avec, en arrière-plan, le conflit opposant les autorités russes et les instances internationales. La patineuse artistique a été contrôlée positive à la trimétazidine le 25 décembre, lors des Championnats de Russie. Utilisée pour soulager les angines de poitrine, la trimétazidine est interdite par l’Agence mondiale antidopage depuis 2014 car elle améliorerait la circulation sanguine. Notifiée du contrôle positif mardi, l’agence antidopage russe a suspendu Valieva avec effet immédiat, suspension provisoire privant la jeune patineuse de participer à toute compétition. Mais l’instance russe a décidé de lever la suspension provisoire mercredi ! D’où l’imbroglio actuel alors que le… Kremlin a, sans surprise, apporté son soutien à Valieva.