David Beckham, ex-PSG et Real, préface le choc: « Je serai content de ne pas être au stade »

Passé de 2003 à 2007 au Real Madrid, dans l’équipe des Galactiques, David Beckham a clôturé sa carrière au PSG entre janvier et juillet 2013.

A l’aube du choc entre les deux équipes, il a préfacé la rencontre dans une vidéo partagée par le PSG sur les réseaux sociaux. « Je serai content de ne pas être au stade. Vous savez, regarder deux clubs où j’ai joué s’affronter, ça aurait été spectaculaire et excitant mais je préfère être chez moi et célébrer chaque but, peu importe qui marque », lance-t-il d’emblée.

L’ancien milieu de terrain de Manchester United et des Three Lions pense qu’il s’agira d’une rencontre ouverte. « On peut s’attendre à un match très offensif. Ce sont deux grandes institutions qui vont s’opposer. Deux des plus enthousiasmantes équipes du moment. Quoi qu’il arrive, vous savez quand vous regardez le PSG ou le Real que ce sera très excitant », confie-t-il.

Avant de comparer les deux équipes: « Elles sont toutes deux premières de leur championnat avec de grands entraîneurs et de très grands joueurs. J’ai vu que Sergio Ramos a marqué son premier but. Cela m’a fait plaisir car il a vécu des moments difficiles avec ses blessures. C’était un grand moment. Il y aussi Kylian, Neymar, deux grands joueurs. Et puis bien sur, Leo (Messi), sans conteste l’un des plus grands joueurs de l’histoire de ce sport. Quand on voit l’histoire des deux équipes, la passion des supporters et ces deux villes incroyables, c’est un rêve pour chaque fan de foot de voir ce match. »

Enfin, David Beckham s’est plus particulièrement confié sur son passage au PSG. « Je n’ai gardé que de très bons souvenirs quand je suis passé ici. Dès le moment où j’ai mis les pieds dans le stade, au centre d’entraînement, dans la ville, j’ai eu la sensation que ça faisait 15 ou 20 ans que j’étais ici. Le PSG est une famille. Et quand on y est, peu importe si cela fait deux mois, six mois, ou six ans qu’on y est. C’est pareil. Cela a été particulier pour moi de terminer ma carrière de cette façon, avec un titre de champions avec ces coéquipiers, sous cette direction et devant ces supporters. Cela n’aurait pas pu être mieux. Ma femme, mes enfants et mes parents étaient dans les tribunes. C’était très émouvant », conclut-il.