Coupe du monde: le Portugal se défait de la Macédoine et verra le Qatar, la Pologne de Lewandowski élimine la Suède et Zlatan (VIDEOS)

Un doublé de Bruno Fernandes a permis de battre la surprenante Macédoine du Nord (2-0) et qualifier le Portugal pour le Mondial-2022, mardi à Porto lors des barrages de la zone Europe. Les champions d’Europe 2016 ont pris l’avantage peu après la demi-heure de jeu sur un but de Bruno Fernandes, servi par Cristiano Ronaldo (32e, 1-0). Le milieu offensif de Manchester United a fait le break en marquant à nouveau en milieu de seconde période (65e, 2-0).

Les Lusitaniens participeront à la huitième Coupe du monde de leur histoire, leur douzième tournoi majeur consécutif. Face à des Macédoniens décomplexés, les Portugais ont tardé à se procurer une première occasion. Comme souvent, ‘CR7’ a lancé les hostilités. Bien servi dans la profondeur par Otavio, le quintuple Ballon d’or a déclenché une belle frappe croisée du gauche, mais celle-ci a rasé le montant droit des cages adverses (14e). La Macédoine a réagi peu de temps après avec un tir d’Ezgjan Alioski à côté (20e).

Diogo Jota a ensuite cru ouvrir le score sur corner, la tête piquée de l’attaquant de Liverpool terminant juste au-dessus (24e). Puis, le Portugal a marqué un but 100% ‘made in’ Manchester United. Bruno Fernandes a intercepté une mauvaise passe macédonienne et s’est appuyé sur Ronaldo qui lui a remis le ballon dans la course, le meneur de jeu concluant d’un tir limpide de près (1-0, 32e). Mis à part une frappe longue distance signée Joao Cancelo hors cadre (45e+1), les hommes de Fernando Santos n’ont pas eu d’autre opportunité de faire le break avant la mi-temps.

Fernandes enfin décisif

Un mutisme offensif démontrant la capacité des Macédoniens à bien défendre même quand largement dominés dans le jeu, à l’image de l’incroyable victoire de la 67e nation au classement FIFA face à l’Italie (1-0), la semaine dernière en demi-finale des barrages. Au retour des vestiaires, Bruno Fernandes a une nouvelle fois tenté sa chance, mais sa frappe en dehors de la surface a été bien captée par le gardien de l’équipe des Balkans, Stole Dimitrievski (52e).

Ce n’était que partie remise, le milieu offensif terminant une belle contre-attaque portugaise d’une reprise imparable sur un centre de Diogo Jota (66e, 2-0), scellant définitivement la qualification de son pays pour le Mondial au Qatar (21 novembre – 18 décembre). Une belle revanche pour le joueur de 27 ans, qui ne s’est pas montré très souvent à son aise avec le maillot du Portugal, au contraire de ses performances en club. Après ce second but, les Lusitaniens ont tranquillement géré le score, en ne laissant aucune opportunité aux Macédoniens et en effectuant une revue de leur armada offensive avec les entrées en jeu de Rafael Leao et Joao Felix.

Malgré cette fraîcheur en attaque, ils n’ont pas réussi à inscrire un troisième but qui aurait donné des airs de correction à leur victoire face à une Macédoine valeureuse mais trop limitée. Cristiano Ronaldo, qui n’a pas marqué en sélection pour la quatrième rencontre consécutive, pourra se consoler avec l’opportunité d’entrer dans le cercle très fermé des joueurs ayant disputé cinq phases finales de Coupe du monde.

La Pologne qualifiée en battant la Suède

La Pologne, avec une ouverture du score de Robert Lewandowski, s’est qualifiée mardi pour le Mondial-2022 au Qatar en battant la Suède de Zlatan Ibrahimovic 2-0 en finale de barrage à Chorzow. L’entrée tardive de « Ibra », à la 80e minute, n’a pas provoqué le miracle espéré par les Suédois. A 40 ans, ce personnage du football mondial a dit adieu à jamais à la compétition planétaire, et peut-être même à la sélection suédoise.

Et la Fifa peut respirer. L’homme qu’elle a désigné deux fois meilleur joueur du monde en 2020 et 2021, Robert Lewandowski, participera bien au tournoi l’hiver prochain au Qatar (21 novembre-18 décembre). Après un round d’observation, les deux équipes n’ont pas été paralysées par l’enjeu, et le match s’est peu à peu débridé. La Suède a eu un moment fort, avec notamment une première occasion par Emil Forsberg, dont le tir croisé dans la surface a été détourné en corner du bout des doigts par le gardien polonais de la Juventus, Wojciech Szczesny (19e).

Les Nordiques ont ensuite beaucoup tenté, parfois assiégé la surface polonaise, et surtout parfaitement réduit au silence pendant 45 minutes la star des « Aigles Blancs », le buteur du Bayern Munich Robert Lewandowski. Mais la Pologne, poussée par son public, a offert une superbe réplique, malgré l’absence de l’attaquant de Marseille Arkadiusz Milik, blessé la semaine dernière lors du match amical contre l’Ecosse.

Dernière chance

Le latéral Matty Cash a manqué la plus belle occasion polonaise de la première période, en dévissant complètement un tir dans la surface alors que le but s’ouvrait à lui (26e). Le tournant du match est arrivé juste après la pause, lorsque Jesper Karlström a bousculé Grzegorz Krychowiak dans la surface. Lewandowski s’est chargé de transformer l’indiscutable pénalty, pour permettre à son pays de faire un premier pas vers le Qatar (1-0, 49e).

La Suède n’a pas abdiqué. Sur une nouvelle percée du formidable Alexander Isak, le joueur de 22 ans de la Real Sociedad, Emil Forsberg aurait même pu égaliser deux minutes plus tard, sans une nouvelle parade réflexe impeccable de Szczesny. Mais le destin a basculé sur une énorme erreur individuelle de Marcus Danielson. Piotr Zielinski, l’attaquant de Naples, s’est retrouvé seul en face du malheureux gardien Robin Olsen, qu’il a battu d’un tir rageur (2-0, 72e).

La Suède a ensuite perdu pied, et Olsen a évité un score plus lourd, face à Lewandowski notamment, qui a eu au moins deux occasions de réussir un doublé. La Pologne, éliminée au premier tour lors de ses deux derniers tournois, le Mondial-2018 et l’Euro-2020, se voit donc offrir une nouvelle chance. La dernière sans doute dans la compétition planétaire pour Lewandowski, 33 ans, et Kamil Glik, 34 ans, et les coéquipiers de leur génération.