Chen, Kim et Strolz entrent dans l’histoire des Jeux: tout ce qu’il faut retenir de la journée de jeudi à Pékin

Les principaux faits de la journée de jeudi à Pékin…

PATINAGE ARTISTIQUE > Nathan Chen, du monde à l’Olympe

Triple champion du monde en titre, Nathan Chen a vaincu ses vieux démons olympiques en décrochant le titre suprême ce jeudi, à Pékin. Le patineur américain à l’origine de la surenchère des quadruples sauts observée ces dernières années a ainsi effacé sa déconvenue des Jeux de Pyeongchang, donnant raison au fameux adage : il faut bien savoir chuter pour ensuite mieux s’envoler. En 2018, la nouvelle pépite du patinage américain, âgé de 18 ans, avait craqué sous la pression, ne se classant que 17e du programme court. « J’ai commis toutes les erreurs qu’il était possible… » avait-il lâché à l’époque. Tout espoir de médaille perdu, Chen avait abordé le libre pour entrer à sa façon dans l’histoire olympique en devenant le premier patineur à réussir cinq quadruples sauts aux JO, ce qui lui avait permis de remonter au cinquième rang. Quatre ans plus tard, il a écrasé la concurrence.

SNOWBOARD > Chloe Kim marque encore l’histoire

Chloe Kim n’avait que 17 ans quand en 2018, à Pyeongchang, cette Américaine, née de parents d’origine sud-coréenne, est devenue la plus jeune championne olympique de l’histoire en snowboard. Un sacre et une notoriété lourds à porter pendant quatre ans, ceux qui l’ont séparée d’un nouveau titre olympique ce jeudi, à Pékin. Avec un premier run crédité de 94,00 points, Chloe Kim a écrasé la concurrence pour conserver son statut de reine incontestée du half-pipe. Seule l’Espagnole Castellet a franchi, comme elle, la barre des 90 pts (90,25), la Japonaise Tomita complétant le podium avec 88,25.

SKI ALPIN > Johannes Strolz au combiné : tel père, tel fils !

En décrochant l’or dans le combiné, ce jeudi, 34 ans après son père Hubert, champion olympique en 1988, à Calgary, Johannes Strolz est devenu le deuxième sportif à réussir pareil exploit. En 1980, à Lake Placid, le joueur américain de hockey sur glace Dave Christian avait, lui, été sacré, 20 ans après son père Bill, champion olympique en 1960, à Squaw Valley. Mieux encore pour la petite histoire, en 2002, à Salt Lake City, l’Américain Jimmy Shea avait remporté la médaille d’or en skeleton, devenant champion olympique, 70 ans après son… grand-père Jack Shea qui avait été sacré en patinage de vitesse sur 500 et 1 500 m. Les Jeux d’hiver, c’est vraiment devenu une affaire de famille : tel père, tel fils et même tel grand-père, tel petit-fils !

SKI DE FOND > Doublé en or pour Therese Johaug

Pour quelques dixièmes de seconde, la Norvégienne Therese Johaug s’est offert son deuxième titre olympique à Pékin, sur le 10 km classique. Cinq jours après sa démonstration en skiathlon (7,5 km classique et 7,5 km libre), Johaug a dû batailler jusque dans les derniers mètres pour décrocher la victoire en 28 : 06.3, soit 4/10e plus rapide que sa dauphine, la Finlandaise Niskanen. Avec la Norvège, Johaug sera la favorite du relais féminin (4×5 km), samedi, et sera encore en course sur la mass start (30 km libre) pour un quadruplé doré que même Marit Björgen n’est pas parvenue à réussir dans sa carrière (huit titres olympiques, record qu’elle co-détient avec le biathlète Ole Einar Björndalen et le fondeur Björn Daehlie, tous deux Norvégiens).

PATINAGE DE VITESSE > Titre et record pour Irene Schouten

Insatiable Irene Schouten ! La Néerlandaise a triomphé dans le 5 000 m, après avoir déjà remporté le 3 000, sur le magnifique Anneau national de Pékin. La patineuse de 29 ans a franchi la ligne d’arrivée en 6:43.51, signant un nouveau record olympique. Derrière elle, la Canadienne Weidemann a terminé deuxième (+4.67), la Tchèque Sablikova s’emparant de la médaille de bronze (+6.58). Schouten avait déjà décroché l’or olympique, samedi dernier, sur 3 000 m avec, déjà, un record olympique (3:56.93). Adapté à la glace, le célèbre aphorisme de Gary Lineker en football s’est encore vérifié : le patinage de vitesse est un sport simple, où des patineurs tournent sur un anneau de 400 m et, à la fin, ce sont donc toujours les Néerlandais qui gagnent.