Chelsea sans Lukaku, mis à l’écart, comble un écart de deux buts et contraint Liverpool au partage

Sans Romelu Lukaku, écarté pour raison disciplinaire, les Blues ont réussi à refaire un retard de deux buts pour arracher un point. Au classement, avec 43 unités, Chelsea conserve sa deuxième place avec une longueur d’avance sur Liverpool, qui compte une rencontre en moins. Manchester City caracole en tête avec 53 points. Avec une victoire et trois partages sur ses quatre dernières rencontres de championnat, Chelsea devait redresser la barre lors de ce choc contre Liverpool. Des Reds également revanchards après une défaite 1-0 le 28 décembre sur la pelouse de Leicester. Avant même d’avoir débuté, la rencontre était marquée par les absences de part et d’autre. Romelu Lukaku était écarté du côté de Chelsea à cause de ses récentes déclarations dans les médias, alors qu’à Liverpool, Pep Lijnders devait assurer l’intérim sur le banc en remplacement de Jürgen Klopp, frappé par le Covid.

Le match commençait sur les chapeaux de roue pour les coéquipiers de Divock Origi, absent pour blessure, puisque l’inévitable Sadio Mané ouvrait la marque après moins de dix minutes. À la suite d’une intervention ratée de Trevoh Chalobah, le Sénégalais filait au but pour aller dribbler son compatriote Edouard Mendy (9e, 0-1). Grâce à ce but, Mané mettait fin à une disette de neuf rencontres sans faire trembler les filets. Un peu moins de 20 minutes plus tard, Mohamed Salah, l’autre fer de lance de l’attaque des Reds, doublait la mise grâce à un superbe ballon piqué (26e, 0-2). L’Égyptien entamait de la meilleure des manières son année grâce à son 23e but personnel.

Juste avant la mi-temps, Chelsea revenait une première fois dans la rencontre grâce à une magnifique reprise de volée de Mateo Kovacic qui terminait dans la lucarne du portier de Liverpool (42e, 1-2). A peine le temps de reprendre son souffle, que Christian Pulisic y allait également de son but pour ramener les deux équipes à égalité. L’Américain trouvait également la lucarne grâce à une superbe frappe du pied gauche (45+1, 2-2).