Bubacarr Sanneh, la plus grande catastrophe industrielle du RSCA

Alors que le Sporting fait le grand ménage parmi ses indésirables, ça ne bouge pas autour de Sanneh, acheté 8 millions il y a deux ans et demi et qui n’a plus joué une seule seconde avec le Sporting depuis… 600 jours.

La date du 19 mai 2019 est historique à Anderlecht. C’est le jour où Vincent Kompany a annoncé son grand retour au Sporting, en tant que joueur/manager sportif. Pour Bubacarr Sanneh, ce 19 mai 2019 reste aussi gravé dans l’Histoire. C’est le jour de sa toute dernière apparition en match officiel avec le RSCA. Sur la pelouse de Gand, il avait pu disputer les six dernières minutes de la défaite (2-1) qui scellait la première saison sans qualification européenne depuis 1964. Vendredi passé, cela a fait exactement 600 jours.

Depuis, pour les supporters anderlechtois, le défenseur gambien de 26 ans est porté disparu ou presque. Sanneh s’entraîne avec les U21 sans espoir de retrouver les A et sans perspective d’un départ prochain non plus.

Cela ne pourrait être qu’un flop parmi d’autres si Sanneh n’avait pas coûté 8 millions au club pendant le mercato d’été 2018. Huit millions qui font de lui le deuxième plus gros transfert de l’histoire du club (derrière Stanciu). Huit millions (et un beau salaire) qui pèsent encore très lourd dans les finances du club. Huit millions qui dépassent, par exemple, la valeur d’achat totale des 18 Anderlechtois présents sur la feuille de match face au Beerschot le 27 décembre dernier (5,2 millions). Largement de quoi offrir le titre de plus grande catastrophe industrielle de l’histoire des transferts du RSCA à Sanneh. Comment a-t-on pu en arriver là ? Ceux qui connaissent bien Buba tentent d’éclairer.