Au contraire de ses joueurs, Deila ne se plaint pas de l’arbitrage : « Pour moi, c’est OK »

Battus à Eupen ce samedi, les joueurs étaient très frustrés par rapport à l’arbitrage de Monsieur De Cremer. Nicolas Raskin, dont la faute de main a abouti au penalty de l’ouverture du score, était le plus remonté. Mais il n’était pas le seul.

Après le match, Arnaud Bodart pestait. « Le penalty ? On se demande comment on peut encore jouer au foot… On a des bras, on n’y est pour rien. OK, les bras de Nico sont en l’air mais ils sont collés à son corps…. »

Bokadi embrayait. « C’est vraiment dommage. Nico a les mains proches du corps. Je ne comprends pas comment on peut siffler un penalty sur ça, ce n’est pas juste. Après ce penalty, on a baissé la tête. Dès le début du match, l’arbitrage n’était pas bon et cela a continué jusqu’à la fin. »

Filippo Melegoni, lui, n’était pas d’accord avec la carte rouge de Zinckernagel. « Pour moi, la carte rouge de Philip est rude. C’est un impact mais c’est le football. Ensuite s’il y a penalty pour Eupen, pourquoi ne siffle-t-il pas sur la phase avec Davida dans le rectangle adverse ? »

À l’inverse des joueurs, Ronny Deila a fait preuve d’un calme olympien. Pendant le match et après. « La rouge de Zinckernagel ? C’est rouge. C’est maladroit mais une semelle si haute sur le tibia, c’est dangereux. Quant au penalty, je ne l’ai pas encore revu mais j’ai entendu dire que la décision était OK. »

Le T1 liégeois a surtout tenu à souligner la fin du match complètement loupée de ses hommes. « On devait faire plus mais c’était le chaos. »