Aster Vranckx a fêté ses grands débuts à Milan: « J’ai appelé De Ketelaere avant de signer »

Une quinzaine de minutes en remplacement de Tommaso Pobega. Aster Vranckx a fait ses premiers pas en Serie A ce samedi soir sur la pelouse de la Sampdoria. « C’était difficile car nous étions à 10 contre 11. Mais je suis entré pour donner le meilleur de moi-même, c’était une belle émotion », a commenté le Belge de 19 ans, lors de sa présentation devant la presse ce dimanche.

S’il a accepté de signer à Milan en toute fin de mercato, c’est parce que « ce grand club a marqué l’histoire du football », mais surtout parce que « le club fait fort confiance aux jeunes. C’est l’une des raisons principales de ma venue. Je voulais faire partie de ce projet. »

Il rejoint d’ailleurs ses jeunes compatriotes Charles De Ketelaere (21 ans) et Alexis Saelemaekers (23). « Je connais De Ketelaere depuis longtemps et je l’ai appelé avant de signer : il m’a donné beaucoup d’avis positifs. Saelemaekers et Origi aussi. »

Arrivé en prêt de Wolfsbourg, le Diablotin a pour objectif clair que le Milan AC lève son option d’achat fixée à 12 millions d’euros. « Quand j’aurai l’occasion de jouer, j’essaierai d’en tirer le meilleur parti », se motive celui qui n’est pas enregistré sur la liste des joueurs pour la Ligue des champions et qui devra donc briller en Serie A.

« Je vais m’entraîner du mieux que je peux pour mériter cette opportunité », assure le milieu de terrain qui pourrait être le successeur de Franck Kessié, parti au FC Barcelone. « Je suis venu ici avec l’envie, la détermination et la volonté de montrer ce que je sais faire. Je suis toujours positif, je suis prêt. »

En équipe nationale, Aster Vranckx est considéré comme un potentiel successeur d’Axel Witsel, même s’il admet avoir eu Mousa Dembele comme modèle. « C’est est l’un de ceux que j’ai toujours admirés », confie l’ancien Malinois qui se démarque par sa pression, sa récupération et sa capacité à rapidement se projeter.