100% temps de jeu et meilleur joueur du mois: Axel Witsel a mis tout le monde dans sa poche à l’Atletico Madrid

Arrivé sur la pointe des pieds cet été, le Liégeois s’est rapidement imposé comme une valeur sûre de l’effectif du Cholo. Une statistique illustre cet état de fait: le Diable rouge a absolument tout joué depuis le début de la saison. Six rencontres et 540 minutes dans les jambes. Un sans faute. Seul Reinildo, arrivé de Lille cet été, a joué autant que lui.

Une fiabilité aussi impressionnante qu’il appréhende encore un nouveau poste. Ce qui prouve que même à 33 ans, on peut se réinventer. Même si Witsel fait du neuf avec du vieux. À cette position, il utilise tout son calme et sa précision pour performer. Comme lors de la rencontre face au Celta ce week-end où il aura réussi 100% de ses passes. Ce qu’il avait également réussi à Mestalla contre Valence. Excepté lors d’une rencontre face à la Sociedad, il culmine toujours à au moins à 94% de passes réussies.

Cette tranquillité tranche avec le bouillant Diego Simeone. Les deux hommes représentent l’eau et le feu. L’Argentin a bien conscience de ce que le Belge de 33 ans apporte à son effectif. « Il permet à l’équipe d’être équilibrée et lui apporte de la sérénité pour commencer le match », a expliqué le Cholo. « Il est arrivé avec de l’enthousiasme et de l’énergie. Surtout, il nous donne du calme », a-t-il également ajouté.

« Une vision du jeu comme peu d’autres »

Ce nouveau positionnement va-t-il durer dans le temps ? Difficile de répondre à la question. Initialement, il ne s’agissait que d’un dépannage. En effet, les blessures de Giménez et Savic l’ont placé à cette position. Mais ses performances ont tapé dans l’œil de son entraîneur. Au point qu’il serait davantage qu’une simple solution de secours à cette position et deviendrait un vrai candidat dans le temps.

Même si Simeone a conscience que les qualités de son couteau suisse peuvent lui permettre d’évoluer plus haut sur l’échiquier des Colchoneros. « Il a une vision du jeu comme peu d’autres », a encore encensé l’ex-milieu défensif. « Il a été un milieu de terrain extraordinaire grâce à son calme, son positionnement et ses bons choix de passes entre les lignes pour faire des dégâts. Avec ses qualités, il peut aussi jouer un peu plus haut. »

La vraie question était de savoir s’il peut encore être assez dur au duel. Il a répondu une nouvelle fois là où il le fait le mieux : sur le terrain. Clairement, Axel Witsel n’a jamais eu le profil du déménageur. Mais sa taille (1,86 m) et son sens de l’anticipation lui permettent de varier le jeu des Colchoneros. « Il nous apporte quelque chose de différent comparé aux caractéristiques que nous avons dans l’équipe. Nous devons continuer à en profiter », a déclaré Simeone.

D’autant plus que tactiquement, Axel Witsel s’est adapté à la vitesse de l’éclair. Rapidement, il a vite compris les deux schémas de jeu préférentiel des Madrilènes. Contre le Celta, il a d’abord été associé à Hermoso dans l’axe d’une défense à quatre. Puis, Simeone a choisi de passer à cinq et de placer Witsel à droite des centraux. Dans les deux positions, il a été exceptionnel. Ses quatre dégagements ont permis de mettre Grbic à l’abri. Tandis qu’il a parfaitement compensé les montées de Nahuel lorsqu’il devait apporter le surnombre.

Des performances qui ont enthousiasmé tout le monde à l’Atletico. Des joueurs aux supporters. Ces derniers n’ont donc pas hésite à le catapulter joueur du mois d’août. En manque de défenseurs centraux, Roberto Martinez refuse encore de voir cette option comme une possibilité en équipe nationale. On peut le comprendre: replacer un joueur aussi important des Diables peut mettre à mal tout l’équilibre des Diables. En revanche, l’Argentin et le Catalan sont d’accord sur un point: même à 33 ans, Witsel reste indispensable.