Symptômes, prince Charles, traitement… Albert II de Monaco se confie sur le coronavirus

Il s’est livré à quelques confidences sur son état de santé le 23 mars dernier, puis le 26 mars.

« Je n’ai pas eu le résultat de mon test avant mercredi, mais je m’en doutais car il y avait des symptômes qui commençaient à être parlants » précise celui qui, contrairement à d’autres patients, n’a « pas eu de perte de goût, ni d’odorat ». « Au début c’était comme un rhume qui arrivait, ajoute l’époux de Charlène, la toux n’est pas venue tout de suite. Après, quand on prend sa température, on voit qu’on a un peu de fièvre mais ce sont des symptômes, pour l’instant, heureusement assez légers ». Le traitement privilégié ? Un cocktail à base de paracétamol, de vitamines et de zinc. La chloroquine, elle, n’est pas à l’ordre du jour. « S’il y avait un début d’indication de surinfection des bronches, alors peut-être que oui, mais ce n’est pas encore le cas », a-t-il estimé, toujours confiné loin de Charlène et de ses jumeaux. 

Ce 26 mars, Albert II a donné plus de détails à Stéphane Bern, toujours sur RTL. Il a notamment évoqué le prince Charles, lui aussi positif, qu’il a croisé à Londres le 10 mars. « Il est entré et moi j’étais déjà de l’autre côté de la table, donc on s’est salué comme ça, de loin », a-t-il raconté, précisant qu’il y avait « beaucoup de monde non seulement autour de cette table mais aussi dans l’atrium de ce centre de congrès ». Dès lors, il est impossible de dire si le prince de Monaco a pu le transmettre au prince de Galles. « Je tousse encore un peu mais j’espère que c’est la fin du tunnel que je commence à entrapercevoir », a-t-il assuré à l’animateur.