Rapprochement inédit entre le roi d’Espagne Felipe VI et son père Juan Carlos aux funérailles d’Elizabeth II

Le roi d’Espagne Felipe VI et son père Juan Carlos 1er, ainsi que leurs épouses, se sont assis côte à côte lundi à l’abbaye de Westminster, un rapprochement public inédit depuis l’exil en 2020 de l’ex-monarque aux Emirats arabes unis sur fond d’enquêtes sur sa fortune. Assis dans le secteur de l’abbaye réservé aux familles royales, près du cercueil de la défunte reine, Felipe VI portait son uniforme militaire de gala, Juan Carlos portait un costume noir, une chemise blanche et une cravate noire, tandis que leurs femmes étaient entièrement vêtues de noir.

Ils avaient été vus ensemble pour la dernière fois en janvier 2020, lors des funérailles d’une sœur de Juan Carlos et tante du roi.

L’ancien chef d’Etat s’était exilé volontairement aux Emirats arabes unis quelques mois plus tard, accablé par des soupçons de corruption liés à l’origine opaque de sa fortune. Son fils avait alors ostensiblement pris ses distances.

Les deux couples sont arrivés lundi séparément à l’abbaye de Westminster, comme cela s’était aussi produit la veille pour la réception donnée par le nouveau roi britannique Charles III. Juan Carlos, 84 ans et opéré ces dernières années du genou et de la hanche, se déplaçait difficilement dans les deux cas.

Juan Carlos, qui avait abdiqué en 2014 en faveur de son fils, a été invité par le gouvernement britannique. L’exécutif espagnol a insisté sur le fait que le représentant de l’Espagne aux funérailles était Felipe VI.

« Le chef de l’Etat (espagnol) est clairement le roi Felipe VI » tandis que l’ancien monarque « est à Londres pour répondre à une invitation à titre personnel », a précisé le ministre espagnol des affaires étrangères José Manuel Albares à des journalistes.

Juan Carlos 1er et la reine Elizabeth II étaient des cousins éloignés – la reine Victoria était leur arrière-arrière-grand-mère à tous les deux – et Felipe VI appelait la monarque « tante Lilibeth ».