Pour éviter la prison, Shakira a été obligée de vendre les droits de ses chansons

Depuis plusieurs années, Shakira est au coeur d’une histoire pour le moins compliquée. En effet, la chanteuse a décidé de déménager en Espagne après avoir rencontré le footballeur catalan Gerard Piqué et fondé une famille avec ce dernier. Si tout semble parfait dans le meilleur des mondes, le problème est qu’elle a conservé son domicile aux Bahamas jusqu’en 2015. Or, selon le fisc espagnol, elle aurait dû remédier à la situation quatre ans plus tôt en raison de la relation qu’elle entretient avec le footballeur depuis 2011, et le fait que leurs deux enfants aient été scolarisés à Barcelone.

En effet, selon les preuves d’une inspectrice espagnole, Shakira aurait séjourné en Espagne plus de temps qu’elle l’aurait annoncé: 163 jours en 2011, 246 en 2012, 210 en 2013 et 243 en 2014. Pourtant, la loi espagnole exige qu’un résident paie des impôts lorsque ce dernier vit plus de la moitié de l’année en Espagne. Ainsi, elle aurait dû débourser 14,5 millions d’euros d’impôts sur le revenu et sur les sociétés. Dés lors, le fisc espagnol lui a donc demandé de s’acquitter d’impôts pour la période allant de 2012 à 2014.

Si Shakira ne paie pas, elle risque même la prison ferme. Par conséquent, comme le révèle le journal espagnol El Pais, elle a été contrainte de vendre les droits de ses 145 chansons, textes inclus. Ces droits appartiennent à présent à Hipgnosis Songs Fund Limited. En 2018, la chanteuse s’était déjà acquittée de la somme conséquente de 20 millions d’euros au fisc espagnol pour l’exercice d’imposition de 2011. Le ministère public enquête toujours en revanche sur les années 2012 à 2014.