Mort du dramaturge américain Terrence McNally des suites du coronavirus

Le dramaturge américain Terrence McNally, l’un des premiers auteurs à succès à banaliser les personnages gays au théâtre, est mort mardi de complications liées au coronavirus, a indiqué à l’AFP son agent. Il avait 81 ans.

« Je confirme cette nouvelle bouleversante – Terrence McNally est décédé » dans un hôpital de Sarasota, en Floride, a indiqué Matt Polk, son agent.

Terrence McNally, auteur dramatique lauréat de quatre Tony Awards — les récompenses de Broadway –, avait eu un cancer du poumon, dont il s’était sorti, mais souffrait toujours d’une maladie pulmonaire obstructive chronique, a précisé M. Polk.

Ses oeuvres les plus connues incluent « Master Class » — pièce jouée à Paris en 1997, avec Fanny Ardant en vedette –, la comédie musicale « Kiss of the Spider Woman » ou encore « Ragtime ».

Ouvertement homosexuel, il a notamment écrit sur l’homophobie et le sida, comme dans sa pièce « Lips Together, Teeth Apart », jouée pour la première fois en 1991.

Au début des années 2000, sa pièce « Corpus Christi », créée aux Etats-Unis en 1997, avait fait scandale après avoir tourné dans plusieurs pays: elle représentait notamment un Christ gay, séduit par Judas.

Terrence McNally avait commencé à écrire pour Broadway dès l’âge de 23 ans, mais il ne devint vraiment connu aux Etats-Unis qu’un quart de siècle plus tard, en 1987.

« Le monde a plus que jamais besoin d’artistes pour nous rappeler ce que sont vraiment la vérité, la beauté et la gentillesse », déclarait-il en 2019 lors de la cérémonie des Tony Awards, où il s’était vu décerner un prix pour l’ensemble de sa carrière.

Terrence McNally est l’une des premières célébrités à décéder des suites du Covid-19, après Manu Dibango, saxophoniste camerounais et légende de l’afro-jazz, mort à l’âge de 86 ans.