Le roi à la découverte d’une base aérienne en période de Covid-19

Le roi Philippe a découvert mercredi comment une unité militaire – le 10e wing tactique, installé sur la base aérienne de Kleine-Brogel (Limbourg) – continue à fonctionner en période de crise sanitaire et alors que ses aviateurs se préparent à repartir en mission de guerre contre les derniers vestiges du groupe djihadiste Etat Islamique (EI).

Le souverain, qui a lui-même suivi une formation de pilote de chasse, s’est rendu en matinée sur cette base qui abrite environ la moitié des 54 avions de combat F-16 dont dispose la composante Air de l’armée, à côté de celle de Florennes, dans l’Entre-Sambre-et-Meuse.

En tant que commandant en chef des forces armées, une fonction que lui octroie la Constitution, le roi a reçu des explications sur l’état actuel de la Défense – qui a contribué à aider le secteur civil en pleine pandémie du coronavirus – et sur la lutte contre le Covid-19 dans une unité opérationnelle.

Durant cette visite, il a rencontré différents spécialistes tels que des pilotes, des techniciens travaillant sur les F-16, l’unité responsable de la « Force Protection » de la base contre les intrusions et d’autres spécialistes qui travaillent sur la base.

Le roi n’a pas hésité à se déclarer « jaloux » des huit pilotes qui s’apprêtaient pour une mission de combat aérien simulé au dessus de l’Ardenne belge.

Il a suivi une formation de pilote de chasse sur Mirage 5 – un avion au pilotage réputé délicat – et a possédé un hélicoptère durant plusieurs années.