Le prince Harry perd un recours contre un tabloïd qui avait critiqué ses photos sur Instagram

Le régulateur britannique de la presse a rejeté jeudi une plainte du prince Harry contre le Mail on Sunday au sujet d’un article critiquant des photos animalières qu’il avait publiées sur Instagram. Cette décision représente un camouflet pour le prince, qui avec son épouse Meghan a lancé des procédures contre les tabloïds et a récemment menacé d’en engager de nouvelles, se plaignant d’être poursuivi par les paparazzi depuis sa mise en retrait de la couronne britannique.

Intitulé « Drogués et attachés… ce que Harry ne vous a pas dit ne vous a pas dit au sujet des ces photos de la vie sauvage », l’article, publié en avril dernier, affirmait que les images ne « racontaient pas toute l’histoire » de la réalisation des photos d’éléphant ou de rhinocéros publiées par Harry à l’occasion de la journée de la Terre. Il affirmait que les animaux étaient sous tranquillisants et que la photo de l’éléphant était coupée afin que les internautes ne puissent pas voir la corde avec laquelle le pachyderme était attaché par une patte.

Le prince de son côté estimait que « l’article était inexact car il rapportait qu’en ne précisant pas que les animaux avaient été drogués et attachés, il avait intentionnellement induit le public en erreur », rappelle le régulateur IPSO dans sa décision.

Le régulateur conclut que la publication litigieuse n’a pas violé l’article premier du code de la profession, qui dispose que « la presse doit prendre le soin de ne pas publier des informations ou images inexactes, imprécises ou déformées ».