Florent Pagny dans le JT de TF1 à propos de son cancer : « J’ai reçu un tsunami d’amour”

Un sourire presque paisible aux lèvres, Florent Pagny attend son heure. Gilles Bouleau annonce les titres du journal et termine avec son invité “d’honneur”, le “chanteur à la voix d’or”, qui a accepté l’invitation de TF1 de venir témoigner de ce morceau de ciel qui lui est tombé sur la tête et qui porte le nom de cancer du poumon.

Mais pendant que les sujets d’actualité sont déclinés, l’interprète de “Savoir aimer” a quitté le plateau. Le temps de se reposer dans sa loge.

« C’était le 25 janvier dernier, sur son compte Instagram« , lance Gilles Bouleau, tandis que Florent Pagny l’a rejoint. « Il expliquait sans se cacher derrière les mots de quel mal il souffrait. […] Le fait qu’un chanteur français s’exprime ainsi n’a laissé personne indifférent. » Retour sur lesdites images.

Une tumeur pas très sympathique

« Bonjour, je dois faire une annonce un peu particulière. Je ne vais pas pouvoir continuer ma tournée des 60 ans. Je dois annuler l’ensemble de mes concerts suite à un problème de santé. En effet, on vient de me diagnostiquer une tumeur aux poumons, une tumeur cancéreuse. Pas très sympathique. Ça ne peut pas s’opérer donc je dois rentrer dans un protocole de six mois de chimiothérapie et de rayons X. Ce qui fait que je suis désolé. Mais bon vous savez tous que dans la vie, le plus important c’est la santé. Quand on a un problème, il devient prioritaire. C’est ce qui explique la raison pour laquelle je ne pourrais pas honorer mes engagements », expliquait-il.

Fans et médecins, interrogés dans le reportage, s’accordent à dire que ces quelques mots leur ont fait du bien, ont réveillé les consciences. Certains fumeurs ont décidé d’arrêter, d’autres tenaient juste à lui faire passer quelques mots d’encouragement.

« Je suis venu pour présenter la 11e saison de The Voice, c’était le sujet principal. Et puis aussi pour remercier les gens qui m’ont donné tant d’amour. Pour donner un peu de nouvelles, aussi.« 

« Je vais très bien. Ce qu’il faut juste un peu clarifier, c’est que OK, j’ai un problème, j’ai la mauvaise case au début mais après, les autres sont plutôt bonnes. Je suis au degré 1. C’est quelque chose que j’ai depuis entre trois et six mois. Je n’ai qu’une seule tumeur, pas de métastase, rien dans d’autres organes. On ne peut pas opérer parce qu’elle se divise très vite. Donc, on n’opère pas pour qu’elle ne se propage pas. Mais aujourd’hui, il y a de vrais bons traitements. Chimio, immunothérapie, radiothérapie. […] Moi, je ne vois que le bon côté des choses. Quand j’ai appris la nouvelle, j’ai été assommé mais le lendemain, quand j’ai appris tous ces paramètres, je me suis dit « OK, on va affronter la situation et faire ce qu’on a à faire ». J’ai entamé la chimio et je l’encaisse plutôt bien.« 

Mais il avoue, aussi, que ça redistribue les cartes. « D’un seul coup, face à une situation comme ça, on va finir les concerts, les enregistrements de The Voice et puis, ensuite, on va s’occuper de soi, mais avec le bon moral. J’ai reçu un tsunami d’amour. Et tout ça contribue au fait que ça se passe plutôt très bien dans un moment un peu critique. Mais ça se traite. » Un tsunami venu de ses proches – Line Renaud, Carla Bruni, Clémentine Célarié, Pascal Obispo, Marc Lavoine, Alain Chamfort – mais aussi d’innombrables inconnus qui l’aiment depuis des décennies.

Personne n’est à l’abri

Quelques mots encore, sur un clip enregistré voici quelques jours à peine, en Corse, avec Patrick Fiori et Patrick Bruel, notamment. « C’était du play-back, parce qu’on tournait un clip, mais vous savez les Corses… ils chantent« , rigole le chanteur.

Coach dans The Voice, la plus belle voix, Florent a déjà enregistré les premiers épisodes. Puis il y aura les directs, fin avril et mi-mai. « Là, en mai, je ne sais pas, parce que j’ai quand même six mois de chimio et je ne sais pas comment je serai dans six mois. Peut-être qu’en mai, je serai impeccable, peut-être que je serai fatigué. On verra, on s’organisera.« 

Enfin, Florent Pagny est revenu sur cette petite phrase, lancée dans son message de janvier : « en mode guerrier« . « Ça veut dire quoi ?« , lui demande Gilles Boulleau. « C’est d’abord avoir le bon moral, ne pas être dans le déni et ne pas avoir peur d’en parler. Parce que ce n’est pas contagieux et, ensuite, ça peut arriver à tout le monde.« 

Pour refermer ce JT un peu particulier, TF1 a fait le choix de diffuser “L’avenir”, qui figure sur le dernier album de l’artiste. Tout un symbole…