Agatha Ruiz de la Prada : une Grande d’Espagne dans le monde de la mode

Après des études à l’École des arts et des techniques de la mode à Barcelone, elle organise son premier défilé à l’âge de 21 ans. Agatha Ruiz de la Prada est l’une des icônes de la période « movida » en Espagne. Elle adopte rapidement un style reconnaissable entre tous avec des tenues aux couleurs très vives agrémentées de dessins et de motifs comme des cœurs, des lunes, des étoiles. Elle est d’ailleurs la première à porter ses créations en toutes circonstances. Elle a ainsi assisté en 1997 au mariage de l’infante Cristina d’Espagne à Barcelone avec une tenue qui n’est pas passée inaperçue car elle s’inspirait du drapeau catalan. Le tout agrémenté de collants de couleur jaune et un canotier sur la tête. Rebelote en 2004 pour le mariage de Felipe d’Espagne où elle apparaît avec une robe avec un grand cœur, un collant jaune et un collant rouge, clin d’œil au drapeau espagnol.

La styliste s’est ensuite diversifiée avec le lancement de parfums, de linge de maison, de tissus d’ameublement, de costumes pour le théâtre ou encore de matériel de papeterie. Elle ouvre des boutiques en Espagne et à Paris mais présente aussi ses collections en Amérique du Sud.

Au niveau international, elle a été l’invité d’honneur de la Biennale internationale d’Art contemporain de Florence en 2011. Elle a reçu la Médaille d’or du mérite des Beaux-Arts en Espagne.

Pendant plus de 30 ans, elle fut la compagne de Pedro J. Ramirez, grande et controversée figure du journalisme espagnol, l’un des fondateurs du quotidien El Mundo qu’il dirigea durant 25 ans. En 1997, il fut pris au piège, filmé à son insu par l’entourage d’une jeune femme originaire de Guinée équatoriale avec qui il eut une brève liaison. Pedro J. Ramirez décida de ne pas céder, la vidéo circula mais les autres rédactions dénoncèrent ce chantage. Agatha Ruiz de la Prada fit front. Le couple a eu deux enfants Tristan et Cosima qui travaillent pour leur mère.

Finalement mariés après de longues années de concubinage, c’est à son retour d’un voyage en Amérique du Sud en 2017 qu’Agatha Ruiz de la Prada apprend de la bouche-même de son mari qu’il la quitte car il a rencontré une autre femme. Le couple venait d’accorder un grand entretien à l’édition espagnole du magazine Vogue où ils parlaient de leurs longues années de vie commune… Le magazine déjà sous presse, parut après l’annonce de leur séparation.

En une semaine, Agatha perd près de dix kilos, ce qui lui donne un style tout différent. De cette séparation inattendue, elle se révèle au grand public, devient plus coquette et la coqueluche des médias. L’opinion publique espagnole lui est très largement favorable. Elle multiplie les entretiens dans la presse pour parler de son ex-mari qu’elle désigne désormais comme « l’innommable ». Lors de la signature de leur divorce, elle se présente vêtue d’une burqa avec pour explication qu’elle ne souhaite plus que Pedro J. Ramirez puisse encore la voir. Agatha Ruiz de la Prada, certes styliste reconnue, est redécouverte, n’ayant par ailleurs jamais sa langue en poche.

Pedro J. Ramirez lui a laissé leur vaste appartement de 450 m² dans le quartier de la Castellana à Madrid qu’elle entreprend de redécorer dans son style. Sa fille Cosima confessait dans une interview que ses amis lui demandaient si elle n’avait pas mal de tête avec des couleurs aussi vives dans l’appartement !

Depuis sa séparation, Agatha – elle est aujourd’hui à nouveau en couple – avoue avoir assisté à sa propre renaissance, sortant avec des amis, recevant, menant une vie mondaine et sociale qu’elle avait mise sur le côté. Elle vient à présent de publier ses mémoires, racontant sa vie sans tabou et avec la franchise qu’on lui connaît.