Une rencontre co-organisée avec l’Unicef : Benmoussa explique la réforme de l’école à New York


Une rencontre co-organisée avec l’Unicef : Benmoussa explique la réforme de l’école à New York

Sous les Hautes directives de SM le Roi Mohammed VI, le Maroc a réalisé des progrès notables en matière d’éducation et continue d’œuvrer pour une «véritable renaissance éducative», a affirmé, samedi à New York, le ministre de l’éducation nationale, du préscolaire et des sports, Chakib Benmoussa.

Intervenant lors d’un événement de haut niveau organisé par le Maroc et le Fonds des Nations Unies pour l’enfance (Unicef) sous le thème «Investir dans la santé et la nutrition scolaires pour transformer l’éducation et la vie des jeunes», M. Benmoussa a relevé que le nexus éducation, santé et nutrition représente un pilier fondamental du secteur éducatif marocain. «Il est également au cœur de la feuille de route nationale pour la transformation de l’éducation et du Nouveau modèle de développement, adopté en 2021 sous les Hautes orientations royales», a-t-il précisé lors de cet événement parallèle, organisé dans le cadre du Sommet de haut niveau sur la transformation de l’éducation, qui se tient à New York (16-18 septembre), à l’initiative du secrétaire général des Nations Unies, Antonio Guterres.

M. Benmoussa a, dans ce cadre, fait observer que le Maroc a déployé des efforts colossaux en matière de renforcement des pro- grammes de santé et de nutrition et d’appui social aux élèves surtout ceux issus du milieu rural et des zones vulnérables. Outre l’hébergement des élèves, le transport scolaire, l’initiative royale «un million de cartables», le programme «Tayssir», des aides financières directes aux familles des élèves, le service de restauration joue un rôle important à la rétention des élèves dans l’école, a-t-il fait remarquer.

Le ministre a, en outre, indiqué que parallèlement à l’extension du nombre de bénéficiaires des internats et des cantines scolaires, le Maroc a fourni des efforts importants pour améliorer le service de restauration des élèves, notamment la qualité des repas et ce, à travers la garantie du service de la restauration tout au long de l’année scolaire, le contrôle régulier des cantines et des internats pour garantir les conditions favorables de sécurité et de prévention de la santé des élèves par des médecins de santé scolaire contractuels et l’extension de la structure d’accueil en créant de nouveaux internats et cantines scolaires, notamment en milieu rural, afin de lutter contre l’abandon scolaire.

Ces efforts, a-t-il poursuivi, ont été marqués notamment par une augmentation du budget par enfant pour des repas plus sains, une généralisation des visites médicales des écoles primaires et une éducation à la santé reproductive intégrée dans le programme et les activités des écoles.