Service militaire : Les premiers détails de la promotion 2023


Service militaire : Les premiers détails de la promotion 2023

Budget, effectifs, indemnités pour la 38ème promotion des appelés

Pas moins de 20.000 jeunes hommes et femmes seront concernés au cours de l’année prochaine. C’est le même effectif des appelés pour l’année en cours. Ce nombre est en hausse par rapport à l’édition de 2019.

C’est parti pour la 38ème promotion des appelés dans le cadre du service militaire. Alors que la formation commune des appelés dans le cadre de la 37ème promotion a été achevée il y a quelques semaines, les autorités compétentes planchent déjà sur les préparatifs pour recevoir les appelés pour l’année 2023. C’est ce qui ressort de la présentation du ministre délégué auprès du chef de gouvernement, chargé de l’Administration de la défense nationale, Abdellatif Loudiyi. Le projet de loi de Finances prévoit des crédits pour le financement de la nouvelle promotion. Ainsi pas moins de 20.000 jeunes hommes et femmes seront concernés au cours de l’année prochaine. C’est le même effectif des appelés pour l’année en cours. Ce nombre est en hausse par rapport à l’édition de 2019. En effet, l’opération de sélection et d’incorporation des appelés au service militaire pour l’année 2019-2020 avait concerné 15.000 bénéficiaires, selon l’état-major général des Forces Armées Royales (FAR). Après la parenthèse de la pandémie où le programme avait été momentanément suspendu, l’effectif a été porté à 20.000 pour 2022. L’année prochaine verra ainsi le maintien du même nombre des appelés.

Concernant le budget prévu pour la future opération d’incorporation, le ministère délégué chargé de l’Administration de la défense nationale table sur une enveloppe de 950 millions de dirhams. Ce budget est légèrement en hausse par rapport à l’année en cours puisque le dispositif a coûté 940 millions de dirhams au total. Sur les 950 millions de dirhams prévus en 2023, le ministère délégué de l’Administration de la défense nationale annonce que 560 millions de dirhams serviront à payer les salaires des appelés dans le cadre du service militaire. Pour rappel, l’augmentation des effectifs des appelés a nécessité de rajouter des infrastructures ainsi que des centres d’accueil et de formation des appelés supplémentaires. Il faut préciser que le parcours des appelés commence par une formation commune de base de 4 mois, consistant en une formation générale (éducation nationale et civique, histoire militaire, etc.) et une formation militaire (règlement militaire, discipline générale, éducation physique et sportive, etc.).

Au bout de ces 4 mois, les appelés reçoivent une affectation jusqu’à la fin de la durée de leur service, dans une unité (de combat, de soutien ou de logistique) pour suivre une formation spécialisée d’une durée de 8 mois, débutant par 1 mois de formation militaire technique, suivie d’une formation d’apprentissage et de développement des compétences métiers dans pas moins de 25 métiers, leur offrant de bonnes opportunités de réaliser leurs ambitions professionnelles. Pour les appelés ayant une formation académique, la formation de base sera d’une courte durée et sera suivie d’une affectation adaptée à leurs qualifications. A la fin de leur service, des attestations seront décernées aux appelés sur la base du mérite et de l’effort fourni, qui pourraient servir de point de départ pour les aider à intégrer le monde du travail.

Solde

Les appelés recevront une indemnité et une solde exonérées de tout impôt et qui ne seront soumises à aucun prélèvement. La solde mensuelle accordée aux appelés pendant la durée du service militaire variera en fonction du grade attribué à chaque appelé. Les jeunes ayant un niveau d’études inférieur au baccalauréat percevront une solde de 1.050 DH, contre 1.500 DH pour les sous-officiers détenteurs du baccalauréat et 2.100 DH pour les officiers ayant un diplôme universitaire équivalent à la licence. Quatre nouveaux centres de formation avaient été créés pour recevoir 20.000 candidats dans les villes de Benslimane, Sidi Yahya Al Gharb, Benguerir et Tan-Tan. Ces nouvelles structures portent le nombre des centres à 8 puisque quatre premiers centres avaient été équipés pour recevoir les premiers candidats avant la crise sanitaire. Pour rappel, le Maroc avait décidé dès 2019 de réintroduire le service militaire principalement pour ouvrir de nouveaux horizons devant les jeunes.

Industrie de défense

blank

Le Maroc compte mettre en place un véritable écosystème en matière d’industrie de défense. Le décret relatif à l’application de la loi relative aux matériels et équipements de défense et de sécurité, aux armes et aux munitions avait été publié au Bulletin officiel. Ce décret fixe les mesures permettant l’exercice des activités de fabrication des matériels et équipements liés à ce domaine, ainsi que les opérations d’importation, d’exportation et de transport y afférentes. Pour son industrie militaire, le Royaume veut ratisser large en fixant trois listes des armes couvertes par la loi en question. Des listes qui vont des fusils aux avions, en passant par les véhicules blindés et matériels de télécommunications. Une commission nationale va ainsi instruire les dossiers détaillés des potentiels investisseurs qui devront contenir des informations sur les dirigeants et actionnaires en plan du business model avec une description précise du projet et sa faisabilité technique et son financement.