Le gouvernement révolutionne l’administration

Transition numérique, amazigh, gouvernance… des décrets importants adoptés

Exécutif: Le gouvernement est décidé à accélérer le chantier de la réforme de l’administration. De nouveaux textes fixant les compétences et l’organisation du département de la réforme de l’administration viennent d’être adoptés dans les domaines de la transition numérique et la langue amazighe. Les détails.

Le Conseil de gouvernement, réuni mercredi à Rabat, a adopté le projet de décret n°2.23.404 fixant les compétences et l’organisation du département de la réforme de l’administration. Présenté par la ministre déléguée chargée de la transition numérique et de la réforme de l’administration, Ghita Mezzour, ce projet de décret intervient dans le cadre de la nouvelle dynamique que vit le secteur de la réforme de l’administration visant à mettre en œuvre et à accompagner les réformes que connaît le Maroc dans la modernisation de l’administration publique et l’amélioration de la qualité des services proposés, conformément aux dispositions de la Constitution de 2011, aux Hautes instructions royales et aux recommandations du Nouveau modèle de développement, au programme gouvernemental et aux engagements internationaux liés aux domaines d’intervention du secteur, a indiqué le ministre délégué chargé des relations avec le Parlement, porte-parole du gouvernement, Mustapha Baitas, lors d’un point de presse à l’issue du Conseil.

Nouvel organigramme

Ce projet vise à établir un cadre réglementaire approprié pour le secteur de la réforme de l’administration, capable de s’adapter à tous les changements et à toutes les nouveautés, de favoriser la mise en œuvre efficace et appropriée des chantiers et projets menés par le secteur, a-t-il ajouté, faisant savoir qu’en vertu de ce projet de décret, le département de la réforme de l’administration comprend, outre le Secrétariat général et l’Inspection générale, quatre directions à caractère professionnel et une direction d’appui. M. Baitas a précisé que la direction du développement de l’usage de l’amazigh se verra confier les tâches découlant de l’élaboration d’un plan horizontal relatif au développement de l’usage de la langue amazighe dans les administrations publiques, ainsi que l’accompagnement et le soutien à l’exécution des projets et mesures y afférentes, en plus de l’accompagnement des administrations publiques dans l’élaboration des plans visant à intégrer l’amazigh dans les domaines les concernant et soutenir la mise en œuvre des projets et des mesures y afférentes.

Elle sera également chargée de la mise en place et l’exécution, en coordination avec l’administration publique, de programmes de formation et de soutien des capacités des ressources humaines amazighophones, outre la mise à disposition du soutien et de l’expertise nécessaires pour accompagner l’usage de la langue amazighe dans les tâches liées au domaine d’intervention du Fonds de modernisation de l’administration publique et au soutien à la transition numérique et l’usage de l’amazigh, a-t-il poursuivi. Pour rappel, le début de l’année en cours avait été marqué par le lancement des procédures du plan intégré d’activation du caractère officiel de la langue amazighe. Le chef de gouvernement Aziz Akhannouch avait alors invoqué la volonté royale, soulignant qu’elle avait permis à la langue amazighe de faire de grands progrès au cours des vingt dernières années, alors que ce tournant historique a commencé avec le discours d’Ajdir en 2001.

Dans une allocution qu’il a prononcée à l’occasion de la cérémonie officielle de lancement des procédures du plan intégré d’activation du caractère officiel de la langue amazighe, dans la ville de Khemisset, le chef de gouvernement avait également indiqué qu’« en 2019, la loi réglementaire a été adoptée qui définit les étapes d’activation du caractère officiel de la langue amazighe et les mécanismes de son intégration dans l’éducation et dans divers aspects de la vie.
Après 8 ans de stagnation, cette loi affirme avec force et fermeté le statut de la langue amazighe et sa contribution à l’identité marocaine riche de plusieurs affluents ». M. Akhannouch avait souligné dans son discours un certain nombre de mesures prises, telles que la mobilisation d’agents d’accueil pour guider les personnes qui s’expriment en langue amazighe (Tarifit, Tachelhit et Tamazight), et ainsi faciliter leur communication avec les tribunaux, les établissements de soins de santé primaires et les hôpitaux, ainsi qu’en tant qu’institutions rattachées au ministère de la jeunesse, de la culture et de la communication.

La direction du développement de l’usage de l’amazigh se verra confier les tâches découlant de l’élaboration d’un plan horizontal relatif au développement de l’usage de la langue amazighe dans les administrations publiques. (D.R)

Digital

Par ailleurs, le Conseil de gouvernement a approuvé le projet de décret n°2.23.405 portant création d’une Direction générale de la transition numérique et fixant ses compétences et son organisation. Présenté par Ghita Mezzour, ce projet vise à assurer la convergence des composantes de la Stratégie nationale de développement numérique en vue de fournir le cadre optimal favorisant l’atteinte des objectifs de cette stratégie, inspirée des Hautes orientations royales, du Nouveau modèle de développement, du programme gouvernemental et des enseignements tirés de la pandémie de la Covid-19, en plus des engagements internationaux liés aux domaines de la transition numérique, a indiqué le ministre délégué chargé des relations avec le Parlement, porte-parole du gouvernement, Mustapha Baitas, lors d’un point de presse à l’issue du Conseil.

Ce projet de décret porte création d’une Direction générale de la transition numérique et fixe ses compétences et son organisation, en vue de mettre en place un cadre organisationnel en amont des préparatifs d’une stratégie nationale pour le développement numérique dans le but d’accompagner et soutenir les projets relatifs à cette stratégie et assurer le suivi de son exécution, a-t-il ajouté. Considéré comme véritable levier de changement et de développement, le numérique suscite un intérêt particulier au plus haut niveau de l’Etat.

En effet, les orientations royales ont insisté à plusieurs reprises sur la nécessité de faire de la transition digitale un catalyseur de transformation structurante et à fort impact afin de donner une nouvelle impulsion au développement du pays. Dans le même sens, le Nouveau modèle de développement ambitionne de faire du Maroc une nation numérique, où le potentiel transformationnel des technologies numériques est pleinement mobilisé. Aussi, l’a-t-il érigé en tant que levier d’amélioration de la qualité de la relation de l’Administration avec ses usagers et de la restauration de la confiance du citoyen. L’ensemble de ces préconisations se recoupe avec les priorités du programme gouvernemental. En effet, l’accélération de la transformation digitale a été énoncée comme objectif majeur de ce programme. Elle est considérée comme vecteur transverse de transformation à fort impact.
C’est dans cette optique que le ministère de la transition numérique et de la réforme de l’administration a vu le jour en tant que département dédié à la gestion de ce chantier structurant.

La Direction générale de la transition numérique va faciliter la mise en place d’un cadre organisationnel en amont des préparatifs d’une stratégie nationale pour le développement numérique. (D.R)

C’est le titre de la boite

le Nouvel an amazigh désormais jour férié officiel

Initiative Royale.

Sa Majesté le Roi Mohammed VI a décidé d’instaurer le Jour de l’an amazigh, jour férié national officiel payé, à l’instar du premier Moharram de l’année de l’Hégire et du Jour de l’an du calendrier grégorien. Dans ce cadre, Sa Majesté le Roi a donné Ses Hautes Orientations au chef de gouvernement pour prendre les dispositions nécessaires en vue de mettre en oeuvre cette Haute décision Royale.

Cette initiative Royale vient consacrer la Haute sollicitude dont Sa Majesté le Roi ne cesse d’entourer l’amazigh en tant que composante essentielle de l’identité marocaine authentique riche par la pluralité de ses affluents et patrimoine commun à tous les Marocains sans exception. Elle s’inscrit également dans le cadre de la consécration constitutionnelle de l’amazigh en tant que langue officielle du pays, aux côtés de la langue arabe ».

Verbatim

blank
Aziz Akhannouch, chef de gouvernement

«En 2019, la loi réglementaire a été adoptée qui définit les étapes d’activation du caractère officiel de la langue amazighe et les mécanismes de son intégration dans l’éducation et dans divers aspects de la vie. Après 8 ans de stagnation, cette loi affirme avec force et fermeté le statut de la langue amazighe et sa contribution à l’identité marocaine riche de plusieurs affluents».

blank
Mustapha Baitas, ministre délégué chargé des Relations avec le Parlement, porte-parole du gouvernement

«La direction du développement de l’usage de l’amazigh se verra confier les tâches découlant de l’élaboration d’un plan horizontal relatif au développement de l’usage de la langue amazighe dans les administrations publiques, ainsi que l’accompagnement et le soutien à l’exécution des projets et mesures y afférentes, en plus de l’accompagnement des administrations publiques dans l’élaboration des plans visant à intégrer l’amazighe dans les domaines les concernant et soutenir la mise en œuvre des projets et des mesures y afférentes».

blank
Ghita Mezzour, ministre déléguée chargée de la Transition numérique et de la Réforme de l’administration

«La démarche participative menée par le ministère vise à promouvoir la participation à l’élaboration de la stratégie nationale de la transition numérique, qui a notamment pour objectif d’accélérer l’inclusion numérique, améliorer les services publics numériques et faire du Royaume un hub digital régional».