La Gendarmerie Royale déploie ses drones


La Gendarmerie Royale déploie ses drones

Création de nouvelles sections aériennes, surveillance des tronçons routiers, sécurité dans les autoroutes…

Les responsables ont recours à ces nouveaux moyens plus efficaces, rapides et couvrant des zones plus larges pour sécuriser de nombreux tronçons routiers ainsi que le réseau autoroutier.

Les drones, nouvelle alternative de la Gendarmerie Royale. Depuis quelques mois, les responsables misent sur ce nouveau moyen pour assurer des missions de surveillance notamment. Ainsi, il est question de la création de nouvelles sections aériennes spécialisées dans l’utilisation des drones dans plusieurs régions, notamment Tanger, Al Hoceima et Nador.

Ce n’est pas tout. Les responsables ont également recours à ces nouveaux moyens plus efficaces, rapides et couvrant des zones plus larges pour sécuriser de nombreux tronçons routiers ainsi que le réseau autoroutier. Il faut dire que la Gendarmerie Royale assure la sécurité de régions très étendues tout en assurant différentes missions en rapport avec la sécurité, la lutte contre le trafic de tous genres ainsi que le respect du code de la route, sans oublier la répression des infractions sur les routes.

Les chiffres sont en effet édifiants. Au cours de l’année passée, 1,5 million d’infractions au code de la route ont été comptabilisées par les équipes de la Gendarmerie Royale déployées sur les routes. Cela dit, celles-ci doivent faire face à plusieurs défis depuis quelque temps. C’est le cas pour le respect du code de la route sur les autoroutes. Alors que la loi interdit le contrôle sur l’autoroute, la Gendarmerie Royale doit ainsi innover pour garantir un contrôle plus efficace en conformité avec la loi en vigueur.

Le plus grand défi concerne la recrudescence des attaques au cours des dernières années perpétrées parfois par des gangs contre les usagers des routes et des autoroutes. Si le déploiement de caméras a permis de mieux lutter contre ces agissements hors la loi, l’utilisation des drones pourrait apporter plus d’aisance et d’efficacité dans la sécurisation des différents tronçons autoroutiers et routes à travers le réseau très dense au Royaume. Le Maroc confirme ainsi son orientation à renforcer l’utilisation des drones dans les domaines sécuritaires. Si le Maroc a acquis du matériel auprès de la France, les États-Unis et la Turquie, le pays se dirige à assurer une partie de ses besoins à travers la construction sur place de drones.

Utilisation

blank

Le Maroc utilise les drones dans différents domaines. Ainsi, la Fondation de recherche, de développement et d’innovation en sciences et ingénierie (FRDISI) et l’Office national de l’électricité et de l’eau potable (ONEE) ont signé, le 4 février dernier à Casablanca, une convention spécifique pour la conception et réalisation d’une plateforme d’inspection automatisée des lignes de transport de l’électricité, basée sur l’utilisation de drones et le traitement d’imagerie.

Signée par le président de la FRDISI, André Azoulay, et le directeur général de l’ONEE, Abderrahim El Hafidi, cette convention s’inscrit dans le cadre d’un partenariat global entre la FRDISI et l’ONEE qui prône le renforcement de l’expertise, de la recherche appliquée et de l’innovation ainsi que du développement de la formation, indique l’ONEE mardi dans un communiqué. D’ambitieuses actions sont en cours de réalisation et concernent la conception et réalisation d’une plateforme de l’imagerie mobile des drones, d’un système de traitement d’images collectées à partir d’un drone ainsi que d’une plateforme distribuée intelligente automatisée d’inspection des lignes de transmission par l’exploitation des vecteurs aériens, fait savoir le communiqué.

Armement

blank

blank

La presse turque a annoncé récemment que le Maroc a signé un contrat d’acquisition de 12 drones de combat Bayraktar de type TB2. Des drones plutôt accessibles niveau prix mais redoutablement efficaces avec des résultats très probants dans certains théâtres de combat en Asie et en Afrique.

Le Forum Far-Maroc, réputé très renseigné sur les questions de défense et d’armement, avait confirmé la réception des premiers drones turcs de combat «Bayraktar TB2» par les Forces armées royales marocaines (FAR), et ce dans le cadre de l’accord entre le Maroc et la Turquie concernant l’achat de 13 Bayraktar TB2. L’accord permet au Maroc de renforcer ses capacités défensives et de contrôle du territoire à travers la modernisation de ses équipements militaires et son armement pour préserver la stabilité régionale et stratégique.