Journées européennes du développement : Le Maroc en force à Bruxelles


Journées européennes du développement : Le Maroc en force à Bruxelles

Partenariat, voisinage, investissements… l’Europe amorce une nouvelle stratégie

«Global Gateway est une opportunité pour l’Union européenne, mais aussi pour ses partenaires, et particulièrement en Afrique. En alliant développement humain et développement des infrastructures, cette stratégie innovante se donne les moyens de contribuer à un développement intégré et à une connectivité bi-continentale renforcée mutuellement bénéfique».

Participation remarquable du Maroc dans le cadre des Journées européennes du développement (JED). Il s’agit de l’un des principaux forums mondiaux sur la coopération au développement, organisé à Bruxelles. Le Maroc est représenté par le chef du gouvernement, Aziz Akhannouch. L’édition 2022 de cet évènement, initié par la Commission européenne, est axée sur le thème «Global Gateway: créer des partenariats durables pour un monde connecté’’. Il s’agit de la nouvelle stratégie de l’UE visant à investir dans des infrastructures «intelligentes, propres et sécurisées» dans les secteurs du numérique, de l’énergie et des transports, et à renforcer les systèmes de santé, d’éducation et de recherche à travers le monde, qui s’attaquent aux inégalités et placent les objectifs de développement durable sur les rails.

Hommage

Saluant le travail d’Ursula von der Leyen à la tête de la Commission européenne, le chef du gouvernement marocain a ajouté : «Je veux ici rendre hommage à Madame Ursula von der Leyen, présidente de la Commission européenne, pour l’ambition et la vision qu’elle démontre à travers ce plan stratégique : favoriser l’émergence de ressources humaines bien formées, protégées par un système de santé qualitatif, au sein de sociétés mieux connectées, par des infrastructures logistiques et digitales efficaces dans un monde pérenne, respectueux du climat et résolument engagé dans la transition énergétique. «Global Gateway» est une opportunité pour l’Union européenne, mais aussi pour ses partenaires, et particulièrement en Afrique. En alliant développement humain et développement des infrastructures, cette stratégie innovante se donne les moyens de contribuer à un développement intégré et à une connectivité bi-continentale renforcée mutuellement bénéfique. Global Gateway met l’Afrique au cœur de sa stratégie, en tant que principal bénéficiaire du projet,– avec quelque 150 milliards d’euros projetés, comme l’a confirmé le dernier Sommet UA-UE. Déployée efficacement, Global Gateway contribuera, j’en suis convaincu, à réaliser ces objectifs et à engager un pas qualitatif vers un monde de co-prospérité durable».

Partenariat Maroc-UE

Insistant sur la position essentielle du Maroc dans le cadre des échanges avec l’Union européenne, le chef du gouvernement a ajouté :
«Ce partenariat, le Maroc et l’UE l’ont voulu global, ambitieux, d’égal à égal, fondé sur des valeurs partagées et porté par des intérêts communs, ce qui en fait aujourd’hui un partenariat stratégique, fiable, nécessaire et unique. Forts de ces acquis, le Maroc et l’Union européenne peuvent aujourd’hui investir des champs de coopération d’avenir. Pour exemple le Maroc est le premier pays au monde à s’engager dans la conclusion d’un Partenariat vert avec l’UE. Cette orientation avant-gardiste du Partenariat Maroc-UE, et sa capacité avérée à livrer des résultats, lui confèrent une force d’émulation, de projection et de réussite, bénéfique à la fois pour le continent africain et pour la région euro-méditerranéenne».

blank

Résilience

Le chef du gouvernement a également insisté sur les éléments suivants : «Dans ce contexte de crise, le Maroc a prouvé sa résilience face à la pandémie et a réussi une campagne de vaccination de haut niveau, avec plus de 63% de la population entièrement vaccinée. Cependant, nous ambitionnons d’aller beaucoup plus loin pour parvenir à une prévention efficace. C’est dans ce cadre que sous la Vision éclairée de Sa Majesté le Roi Mohammed VI, le Maroc a procédé au lancement de la construction d’une usine de vaccination destinée au Maroc et au continent africain. Le Maroc place la protection et l’épanouissement de ses citoyens en première ligne de ses priorités. Notre pays opère actuellement 3 réformes de grande envergure. Celle de la protection sociale, de la santé et de l’éducation visant à accompagner, former et libérer les énergies de nos citoyens tout le long de leur vie. Le Maroc œuvre, par ailleurs, pour assurer une connectivité renforcée entre nos continents. A cet égard, nous avons déjà édifié des infrastructures de premier plan. Tanger Med est aujourd’hui le premier port de transbordement africain et méditerranéen. Viennent s’ajouter à cela de nombreux nouveaux projets, qui, combinés aux aéroports internationaux existants, permettront de connecter nos deux continents par voies aérienne, maritime, ferroviaire et routière. Ces échanges ne peuvent se faire sans un monde stable et durable. Or cette stabilité est aujourd’hui menacée par le réchauffement climatique et les problèmes de prix et d’approvisionnement en énergie. Grâce à la Vision Clairvoyante de Sa Majesté le Roi, le Maroc a pris ses responsabilités en étant pionnier dans les énergies renouvelables depuis plus de 15 ans. Notre pays est également en première ligne concernant les nouvelles technologies énergétiques, comme le développement de l’hydrogène vert».

Gazoduc Nigeria-Maroc

Il a conclu en rappelant que «nous faisons face aux mêmes défis, tout en ayant des réalités différentes et en luttant avec des moyens hétérogènes. Notre devoir et notre responsabilité est de tirer de ces différences une force et de faire de l’altérité une complémentarité». Il a également précisé que «le Maroc, qui a intensifié durant les 20 dernières années ses échanges avec son continent d’appartenance, est aujourd’hui le 1er investisseur africain en Afrique de l’Ouest, et le deuxième sur le continent. La place qu’occupe aujourd’hui le Maroc est le fruit de la Vision de Sa Majesté le Roi Mohammed VI. Le Gazoduc Nigeria-Maroc en est l’une des illustrations les plus éclatantes, le Maroc se projette sur des projets d’infrastructures au long cours avec notre continent. Ce projet de gazoduc reliant l’Afrique à l’Europe doit pouvoir être inscrit comme une initiative phare du plan Global Gateway tant il représente un vecteur puissant d’intégration régionale et bi-continentale. Le Maroc accompagnera l’Union européenne dans le déploiement de cette stratégie importante pour notre continent. Le soutien le plus fort que l’on peut donner est encore celui de réussites exemplaires que l’on partage. C’est l’esprit dans lequel s’inscrit le Royaume du Maroc».

150 milliards d’euros d’investissements pour l’Afrique

blank
Ursula von der Leyen, présidente de la Commission européenne

Pour la présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, qui a lancé les travaux des JED, «Global Gateway, c’est l’offre de l’Europe à un monde qui a un besoin massif d’investissements», relevant que l’objectif de cette initiative est de mobiliser 300 milliards d’euros d’ici à 2027, dont 150 milliards d’euros en Afrique. Au cours de cette réunion, le chef du gouvernement a précisé: «Plus que jamais, nouer des relations solides, entre partenaires fiables, est nécessaire, pour tous. La prospérité des nations n’a jamais été aussi interdépendante. C’est dans ce contexte que l’Union européenne propose le “Global Gateway”, stratégie qui apporte une valeur ajoutée réelle, et une réponse créative aux enjeux de connectivité». Abondant dans le sens des propos du chef du gouvernement marocain, le président de la Commission européenne a précisé: «Cette stratégie est de taille à faire la différence et, de manière tout aussi importante, propose une nouvelle approche des grands projets d’infrastructure», a-t-elle indiqué, estimant qu«’aucun pays ne devrait être placé dans une situation où la seule option dont il dispose pour financer ses infrastructures essentielles est de brader son avenir». Selon elle, les investissements réalisés sous la bannière de Global Gateway seront «durables, à la fois pour l’environnement et pour les finances de nos partenaires».