INDH phase III : Un premier bilan prometteur

INDH phase III : Un premier bilan prometteur

Les premiers détails chiffrés des réalisations de la première année de mise en œuvre

Cette troisième phase (2019-2023) s’articule autour de quatre principaux programmes, à savoir la résorption des déficits en matière d’infrastructures et des services de base, l’accompagnement des personnes en situation de précarité, l’amélioration du revenu et l’inclusion économique des jeunes et l’impulsion du capital humain des générations montantes.

L’heure est au bilan pour l’INDH. En effet, l’Initiative nationale pour le développement humain (INDH) vient de souffler sa première bougie depuis le lancement de la phase III qui mobilise une enveloppe budgétaire de 18 milliards de dirhams (MMDH). Dans le détail, cette troisième phase (2019-2023) s’articule autour de quatre principaux programmes, à savoir la résorption des déficits en matière d’infrastructures et des services de base, l’accompagnement des personnes en situation de précarité, l’amélioration du revenu et l’inclusion économique des jeunes et l’impulsion du capital humain des générations montantes. Voici les détails chiffrés. 

Pas moins de 522 projets en 2019

Le premier programme, qui a trait à la résorption des déficits en infrastructures et services sociaux de base, participe à la mise en œuvre du programme de réduction des disparités territoriales et sociales en milieu rural et à la consolidation des infrastructures dans les quartiers sous-équipés en milieu urbain. Ce programme de 4 MMDH entend poursuivre l’effort engagé au cours des deux premières phases de l’INDH, en réduisant les inégalités encore existantes tant au niveau social que territorial, notamment dans cinq secteurs prioritaires : l’éducation, la santé, l’approvisionnement en eau potable, les routes, pistes rurales et ouvrages d’art et l’électrification rurale. Il a permis, au cours de l’année 2019, le développement, au niveau national, de 522 projets, dont 135 ont été achevés et 387 sont en cours de réalisation, au profit de 744.000 personnes avec une enveloppe budgétaire de près de 682 millions de dirhams (MDH).

Construction et équipement de 120 centres

Le second programme, doté également d’une enveloppe budgétaire de 4 MMDH sur cinq ans, porte sur l’accompagnement des personnes en situation de précarité. Cet accompagnement consiste essentiellement en la prise en charge des bénéficiaires dans des centres spécialisés (Centres d’accueil pour enfants abandonnés, Centres pour personnes à besoins spécifiques, maisons de retraite, etc), doublée d’une démarche de réinsertion socio-économique le cas échéant. Dans sa phase III, l’INDH vise à améliorer la qualité des services fournis dans ces centres et cible prioritairement 11 catégories vulnérables, notamment les personnes âgées démunies, les personnes souffrant de handicap sans ressources, les aliénés sans abri, les hémodialysés sans ressources, les malades atteints de Sida sans ressource, les femmes en situation de grande précarité, les ex-détenus sans ressources, les mendiants et vagabonds, les toxicomanes sans ressources, les enfants abandonnés et les enfants en situation de rues. Ce programme a connu, au titre de l’année 2019, la construction de 31 centres et l’équipement de 89 autres à travers les différentes régions du Royaume, ainsi que l’acquisition de 45 ambulances et unités médicales mobiles.

L’INDH se met au Hackathon

Le troisième programme (4 MMDH) a pour objectif l’amélioration du revenu et l’inclusion économique des jeunes, à travers notamment l’accompagnement des jeunes entrepreneurs et porteurs de projets, la contribution au développement de l’employabilité des jeunes via une meilleure adéquation entre les qualifications et les besoins du marché du travail et la mise en place d’un cadre favorisant la coordination entre les différents intervenants dans cette question d’intégration socio-économique des jeunes. La mise en œuvre de ce programme a permis, au cours de l’année précédente, la construction, l’équipement et la mise à niveau de 62 espaces pour jeunes (écoute et orientation) et l’organisation d’un concours d’idées (Hackathon) de projets sur le thème de la petite enfance dans toutes les régions du Royaume, avec la participation de 600 jeunes. Parmi les réalisations enregistrées dans le cadre de ce programme, il y a lieu de citer le recrutement de 1.578 éducatrices et éducateurs dans le cadre du programme de généralisation de l’enseignement préscolaire en milieu rural, l’accompagnement de la province de Jerada pour le recrutement de 1.500 jeunes, l’élaboration, en collaboration avec l’Agence de coopération internationale allemande pour le développement (GIZ), d’un système de développement local dans le cadre du programme de promotion de l’économie et développement rural dans les zones excentrées du Maroc (PEDEL) au niveau de 14 provinces. Il s’agit également de l’accompagnement du projet «Appui à l’intégration économique des jeunes» dans la région Marrakech-Safi, avec le financement de la Banque mondiale et plusieurs partenaires, dans l’objectif d’assurer l’emploi de 25.500 jeunes, de créer 1.500 entreprises et d’appuyer 400 coopératives.

Une approche basée sur l’écoute

La plate-forme des jeunes «Argana» pour l’écoute et l’orientation, inaugurée par Sa Majesté le Roi Mohammed VI dans la commune d’Ait Melloul (préfecture d’Inezgane-Aït Melloul), jouera un rôle important dans l’accueil des jeunes, l’aide à leur emploi ainsi que leur accompagnement dans la création des Petites et moyennes entreprises (PME), a souligné Mohamed Dardouri, wali chargé de la coordination nationale de l’Initiative nationale pour le développement humain (INDH). La plate-forme, réalisée dans le cadre du troisième programme de la phase III de l’INDH, va contribuer à l’intégration des jeunes dans le tissu économique, a précisé M. Dardouri dans une déclaration à la presse suite à cette inauguration. Par la même occasion, SM le Roi a été informé sur les progrès enregistrés au niveau des autres programmes de la phase III et qui portent sur la santé de la mère et de l’enfant, l’enseignement préscolaire et le soutien scolaire, l’accompagnement des personnes en situation de précarité, ainsi que sur la résorption des déficits en infrastructures au profit des habitants, particulièrement dans les zones rurales, a-t-il indiqué. La prochaine phase connaîtra la généralisation de la plate-forme dédiée aux jeunes dans d’autres régions, a-t-il fait savoir. Ce projet, qui s’inscrit dans le cadre du troisième programme de l’INDH «l’amélioration du revenu et l’inclusion économique des jeunes» (ARIEJ), reflète l’intérêt particulier qu’accorde le Souverain à l’épanouissement des jeunes, sa volonté de leur fournir les divers moyens capables de stimuler leur esprit d’initiative ainsi que de garantir leur inclusion socio-économique.

Le capital humain à l’honneur

Le quatrième programme mobilise une enveloppe budgétaire de 6 MMDH et vise à impulser le capital humain des générations montantes à travers notamment l’amélioration de la santé et de la nutrition de la mère et de l’enfant, la généralisation de l’enseignement préscolaire dans les zones rurales et reculées et l’encouragement de la réussite scolaire et la lutte contre les principales causes de déperdition scolaire. Au volet «Amélioration de la santé et de la nutrition de la mère et de l’enfant», l’année 2019 a été marquée par la signature d’une convention tripartite (INDH, ministère de la santé et Unicef) pour la mise en place d’un dispositif de santé communautaire, l’organisation d’une campagne nationale de sensibilisation quant à l’importance de la petite enfance, l’acquisition du matériel médical au profit de 596 Centres de santé au niveau de 14 provinces relevant de trois régions du Royaume, la construction et la mise à niveau de 44 Dar Al Oumouma et l’acquisition de 107 ambulances.

Pour ce qui est de «la généralisation de l’enseignement préscolaire dans les zones rurales et reculées», la phase III de l’INDH contribuera, en partenariat avec le département de l’éducation nationale, à la généralisation de l’enseignement préscolaire dans ces zones, à travers la construction de 10.000 nouvelles unités d’enseignement préscolaire et la mise à niveau de 5.000 autres. Ainsi, l’année précédente a connu la création de 1.263 unités d’enseignement préscolaire, bénéficiant à 30.278 enfants encadrés par 1.578 éducateurs et éducatrices. Au sujet de «l’encouragement de la réussite scolaire et la lutte contre les principales causes de déperdition scolaire», l’année écoulée a été marquée par la construction et la mise à niveau de 126 Dar Talib et Taliba au profit de 8.300 élèves, l’acquisition de 400 minibus pour le transport scolaire au profit de 21.700 élèves et la distribution de 4,5 millions de cartables dans le cadre de l’Initiative royale «Un million de cartables».

Les jeunes, une priorité nationale

Outre la plate-forme des jeunes «Argana» pour l’écoute et l’orientation, la région Souss-Massa a connu également la réalisation, au niveau de la préfecture d’Agadir – Ida Outanane, de l’espace culturel «Dar Momkin» au quartier Lagouira, et de celui des «Etoiles du Souss» au quartier El Farah (Bensergao centre) et ce, dans le cadre de l’Initiative nationale pour le développement humain. L’espace culturel «Dar Momkin», ayant nécessité une enveloppe budgétaire de près de 6,7 MDH, est un nouvel espace d’accompagnement des jeunes âgés de 18 à 28 ans, désireux de s’améliorer et d’apprendre des compétences nouvelles.

L’espace tente à travers des activités de lecture, d’écriture, de théâtre, de musique et de vidéo, de promouvoir chez les personnes bénéficiaires la pensée critique, la créativité, la collaboration, la communication, l’ouverture sur l’autre et les valeurs de citoyenneté. Il offre aux bénéficiaires l’opportunité d’explorer le possible, de retrouver confiance et de nourrir l’espoir. Pour ce qui est de l’espace culturel «Les Etoiles du Souss», il s’agit du troisième centre du genre initié par la Fondation Ali Zaoua, après celui de Casablanca (Les Étoiles de Sidi Moumen) et celui de Tanger (Les Étoiles du détroit). Lieu d’apprentissage, de découverte, de partage mais également d’expression, le Centre «Les Etoiles du Souss», qui compte actuellement 240 inscrits (53% sont des filles) âgés de 6 à 28 ans, abrite des cours de théâtre, d’arts plastiques, de danse, de musique et de langues étrangères, assurés par 13 professeurs. Ce centre est également une plate-forme de création accessible aux talents de tous âges. Des programmes d’accompagnement artistique et de coaching créatif sont en effet mis en place via des concerts et des spectacles, permettant de soutenir et d’encourager les vocations.

Argana, une plate-forme spéciale pour la jeunesse

La jeunesse a sa plate-forme spéciale. En effet, Sa Majesté le Roi Mohammed VI vient d’inaugurer dans la commune d’Ait Melloul (préfecture d’Inezgane-Aït Melloul), la plate-forme des jeunes «Argana» pour l’écoute et l’orientation, donnant ainsi une forte impulsion aux programmes de l’Initiative nationale pour le développement humain (INDH), qui est à sa troisième phase. Ce projet, réalisé dans le cadre du programme III de l’INDH «Amélioration du revenu et inclusion économique des jeunes», témoigne de l’intérêt particulier que porte le Souverain à l’épanouissement des jeunes et de sa volonté de les doter d’outils variés à même de stimuler l’esprit d’initiative et d’entrepreneuriat chez eux et de leur garantir une meilleure intégration socio-économique.

Il permettra aux jeunes de la région Souss-Massa de tirer le meilleur parti du «Programme intégré d’appui et de financement des entreprises», qui a été élaboré conformément aux Hautes orientations royales et qui comporte plusieurs mesures destinées à contenir et à dépasser les difficultés entravant l’accès au financement des jeunes porteurs de projets et des Très petites et petites entreprises. La plate-forme des jeunes «Argana» pour l’écoute et l’orientation, dont le coût de réalisation s’élève à près de 7 millions de dirhams (MDH), abrite des espaces d’accueil, d’entrepreneuriat, d’emploi et d’écoute, un auditorium, des ateliers, une médiathèque, une salle de sport et un terrain de mini-foot. Cette plate-forme, qui constitue un carrefour de rencontre des différents acteurs impliqués dans le chantier de l’intégration des jeunes et une réponse aux attentes des jeunes à la recherche d’opportunités d’emploi, ambitionne de faciliter l’accès des personnes cibles à l’information relative au marché du travail et à les encourager à créer leurs propres entreprises. Cet espace sera encadré par des équipes spécialisées dans l’orientation, l’écoute et l’accompagnement des bénéficiaires dans le processus de conception de leurs projets professionnels.