Frontex déployée non loin des côtes marocaines ?

Frontex déployée non loin des côtes marocaines ?

L’agence européenne de surveillance s’oriente à élargir ses activités à l’Afrique du nord et l’Atlantique

Si l’Union européenne et ses membres ont bien le droit de prendre les mesures nécessaires pour lutter contre les réseaux de l’immigration clandestine, le timing soulève des interrogations sans oublier que l’implication des partenaires de l’Europe est importante.

L’information est loin d’être anodine. Frontex, le bras armé de l’Union européenne pour la surveillance de ses frontières et la lutte contre l’immigration, s’oriente à élargir le champ de son intervention. En ligne de mire de l’agence, le sud de la Méditerrannée ainsi que l’Atlantique. Si les zones indiquées restent pour le moment vagues, le champ d’action concernera à coup sûr l’Afrique du nord ou l’Afrique de l’Ouest. Ainsi, le déploiement des instruments de Frontex pourrait se faire non loin des côtes marocaines.

Si l’Union européenne et ses membres ont bien le droit de prendre les mesures nécessaires pour lutter contre les réseaux de l’immigration clandestine, le timing soulève des interrogations sans oublier que l’implication des partenaires de l’Europe est importante. Mais il existe d’autres interrogations pour le moment sans réponse concernant l’espace aérien et le domaine maritime. En effet, l’agence Frontex utilise des moyens sophistiqués pour mener à bien ses missions. Des moyens embarqués à bord d’avions mais également des drones de surveillance. Ce n’est pas tout. L’agence fait appel à des prestataires externes privés de différentes nationalités pour certaines de ses activités. Les prochaines semaines pourraient être déterminantes pour y voir plus clair concernant l’élargissement de la zone d’intervention de l’agence. Il faut préciser qu’il existe une coopération entre les autorités marocaines et Frontex.

Cette dernière a organisé des formations pour le sauvetage en haute mer. De même, une réunion par visioconférence a été organisée entre les deux parties pour échanger sur les questions de la coopération et la lutte contre l’immigration clandestine. A noter enfin que l’agence européenne de garde-frontières et de garde-côtes appelée communément Frontex a pour principale mission le contrôle et la gestion des frontières extérieures de l’espace Schengen.

Créée officiellement en 2016, elle est composée de fonctionnaires à Varsovie et du corps des garde-côtes et gardes-frontières des États membres de l’espace Schengen afin de mettre en commun leurs moyens sur le terrain. L’agence a également pour but de créer des normes communes de gestion des frontières extérieures et de surveiller en permanence les frontières, avec des analyses de risque. Son budget a progressivement augmenté, passant de 143 millions d’euros initialement prévus pour 2015 à 322 millions d’euros en 2020. Le personnel de l’agence devrait également augmenter progressivement de 402 membres en 2016 à 1.000 en 2020. Une force de réserve de 1.500 gardes devait être aussi constituée.