Conseil des langues : Les conseillers lancent l’examen du projet de loi

Conseil des langues : Les conseillers lancent l’examen du projet de loi

Le projet de loi organique visant à déterminer les étapes de mise en œuvre du caractère officiel de l’amazigh également concerné

Le conseil sera chargé de proposer les orientations stratégiques pour l’Etat en matière des langues et de la culture en tant qu’institution constitutionnelle nationale et indépendante.

C’est l’étape cruciale qui démarre pour le projet de loi organique relatif au Conseil national des langues et de la culture marocaine ainsi que le projet de loi organique visant à déterminer les étapes de mise en œuvre du caractère officiel de l’amazigh. En effet, la Chambre des conseillers a démarré l’examen des deux textes en présence du ministre de la culture et de la communication, Mohamed Laaraj, au niveau de la commission de l’enseignement et des affaires culturelles et sociales à la deuxième Chambre. Prenant la parole, le ministre a fait savoir que les textes s’inscrivent dans le cadre de la mise en œuvre de la Constitution de 2011, notamment l’article 5.

Pour rappel, ce dernier stipule « (…) une loi organique définit le processus de mise en œuvre du caractère officiel de cette langue, ainsi que les modalités de son intégration dans l’enseignement et aux domaines prioritaires de la vie publique, et ce afin de lui permettre de remplir à terme sa fonction de langue officielle. L’Etat œuvre à la préservation du hassani, en tant que partie intégrante de l’identité culturelle marocaine unie, ainsi qu’à la protection des expressions culturelles et des parlers pratiqués au Maroc. De même, il veille à la cohérence de la politique linguistique et culturelle nationale et à l’apprentissage et la maîtrise des langues étrangères les plus utilisées dans le monde, en tant qu’outils de communication, d’intégration et d’interaction avec la société du savoir, et d’ouverture sur les différentes cultures et sur les civilisations contemporaines. Il est créé un Conseil national des langues et de la culture marocaine, chargé notamment de la protection et du développement des langues arabe et amazighe et des diverses expressions culturelles marocaines, qui constituent un patrimoine authentique et une source d’inspiration contemporaine.

Il regroupe l’ensemble des institutions concernées par ces domaines. Une loi organique en détermine les attributions, la composition et les modalités de fonctionnement». Concrètement, le ministre a fait savoir que ledit conseil sera chargé de proposer les orientations stratégiques pour l’Etat en matière des langues et de la culture en tant qu’institution constitutionnelle nationale et indépendante.

Pour leur part, les parlementaires ont mis l’accent sur l’importance d’asseoir les bases nécessaires pour la mise en œuvre optimale de ces deux textes législatifs, par le biais de la mise en place d’une stratégie dans des délais raisonnables et des mesures concrètes, ainsi que l’élaboration de programmes publics efficients dans les domaines de l’éducation, de l’administration, de la justice et des médias. De même, les membres de la commission de l’enseignement à la Chambre des conseillers ont indiqué que l’élaboration de ces deux projets de loi constitue une étape historique et importante dans le processus de consécration et de promotion de la langue et de la culture amazighes, évoquant à cet égard les acquis constitutionnels réalisés en faveur de la langue amazighe en tant que véritable composante identitaire du Royaume.

Adoption

La Chambre des représentants avait adopté en juin dernier à l’unanimité le projet de loi organique définissant le processus de mise en œuvre du caractère officiel de l’amazigh, ainsi que les modalités de son intégration dans l’enseignement et dans les domaines prioritaires de la vie publique, et le projet de loi organique portant création du Conseil national des langues et de la culture marocaine. Le ministre de la culture et de la communication, Mohamed Laaraj, a souligné l’importance du projet de loi organique définissant le processus de mise en œuvre du caractère officiel de l’amazigh, qui s’inscrit dans l’application de l’article 5 de la Constitution.

Par ailleurs, il a fait savoir que le projet de loi organique portant création du Conseil national des langues et de la culture marocaine s’inscrit dans le cadre de la mise en œuvre des dispositions de la Constitution et de l’accompagnement des grands défis liés à la politique linguistique du Maroc.

Polémique

Le projet de loi organique relatif au Conseil national des langues et de la culture marocaine avait suscité la controverse à l’occasion de son examen à la Chambre des représentants. Une polémique qui avait d’ailleurs provoqué le blocage du texte pendant de longs mois chez les députés.

Dans les détails, l’article 3 du texte stipulait que «le Conseil national assure la responsabilité de proposer les orientations stratégiques de l’Etat en matière des politiques linguistiques et culturelles et de veiller à leur homogénéité et complémentarité, notamment en ce qui concerne la protection et le développement des langues officielles du pays, l’arabe et l’amazigh (…) et de faciliter l’apprentissage et la maîtrise des langues étrangères les plus répandues dans le monde et au Maroc».

Pour certains députés, l’élaboration de cet article était peu claire alors que d’autres y voyaient un soutien à la langue française au Maroc.