A compter du 27 mars : 2,5 millions de quintaux d’orge subventionnée distribués


A compter du 27 mars : 2,5 millions de quintaux d’orge subventionnée distribués

Ce sont 2,5 millions de quintaux d’orge subventionnée qui seront distribués, pour le prochain trimestre, au profit des éleveurs des zones affectées par le déficit des pluies à partir du 27 mars. La quantité est précisée par le ministère de l’agriculture, de la pêche maritime, du développement rural et des eaux et forêts qui indique également que « l’orge sera mise à la disposition des éleveurs pour un prix fixe de 2 dirhams le kilogramme, l’Etat prend en charge la différence avec le prix du marché ». La démarche de ce département est initiée dans le cadre d’un programme de sauvegarde ciblé. Selon le ministère, ce programme comprend également « la prise en charge du transport depuis les centres de vente de l’orge aux chefs-lieux des communes enclavées et d’accès difficile dans niveau des provinces concernées ». En détail, l’opération de distribution débutera vendredi à travers les différentes provinces les plus affectées par l’absence ou le grand déficit de pluies. Le ministère suit également de près l’évolution de la campagne agricole à travers des indicateurs journaliers de la situation sur l’ensemble du territoire national pour d’éventuelles actions complémentaires qui s’avèreraient nécessaires.

Par l’occasion, le département de l’agriculture ne manque pas de s’exprimer sur la campagne agricole caractérisée par un déficit pluviométrique dans plusieurs régions. « Ce manque de pluie a impacté notamment les parcours de jachère et des cultures fourragères nécessaires à la couverture des besoins alimentaires du cheptel national», indique la même source.

Quant aux autres cultures dans les zones favorables bien qu’affectées selon les régions et par endroit, elles « ne présentent pas de situation inquiétante surtout avec les dernières pluies qui continuent et qui auront un impact très positif ». Ledit programme étant destiné à atténuer les effets de ce déficit pluviométrique sur le cheptel, particulièrement auprès des populations d’éleveurs des zones les plus affectées.