Yémen: l’ONU contrainte d’arrêter des programmes humanitaires faute de financement

Asie

L’ONU a indiqué mercredi avoir été contrainte d’arrêter, faute de financement, plusieurs programmes d’aide au Yémen qui vit la pire crise humanitaire du monde. Sur 34 programmes prévus, seuls trois seront financés pour 2019, a précisé dans un communiqué Lise Grande, Coordinatrice humanitaire pour le Yémen.

Plusieurs d’entre eux ont été arrêtés ces dernières semaines et de nombreux projets d’aide aux familles démunies n’ont pu démarrer, a-t-elle ajouté.

Au cours des deux prochains mois, 22 autres programmes vont s’arrêter, à moins qu’un financement ne soit trouvé.

Selon Mme Grande, des engagements de 2,6 milliards de dollars ont été faits en faveur de 20 millions de Yéménites pour 2019 mais la moitié de ces promesses ne s’est pas concrétisée.

« Nous sommes désespérément à la recherche de fonds promis », a-t-elle dit en soulignant que « quand l’argent ne vient pas, des gens meurent ».

Pour illustrer davantage la crise humanitaire au Yémen, Mme Grande a indiqué que l’ONU avait été contrainte de suspendre en mai la plupart des campagnes de vaccination.

L’approvisionnement en médicaments a été interrompu, les plans de construction de 30 nouveaux centres de nutrition ont été abandonnés et 14 abris ainsi que quatre établissements de santé mentale spécialisés pour les femmes ont été fermés.

Une usine de traitement pour l’utilisation agricole des eaux a fermé en juin, toujours selon Mme Grande.

Si davantage d’aides n’arrivent pas dans les prochaines semaines, les rations alimentaires de 12 millions de personnes seront réduites et au moins 2,5 millions d’enfants souffrant de malnutrition seront privés d’assistance.

En plus, 19 millions de personnes perdront l’accès aux soins de santé, dont un million de femmes et les programmes d’approvisionnement en eau potable pour 5 millions de personnes seront interrompus à la fin du mois d’octobre.