Washington confirme l’exclusion de la Turquie du programme d’avions de chasse F-35

Mercredi 17 juillet , la Maison Blanche a confirmé que l’acquisition par la Turquie des systèmes de défense antiaérienne russes S-400 a conduit à l’exclusion d’Ankara du programme d’avions de chasse F-35.

« La décision de la Turquie d’acquérir des systèmes de défense antiaérienne russes S-400 rend impossible la poursuite de son implication dans le programme des F-35 », a indiqué la Maison Blanche dans un communiqué.

Le communiqué fait remarquer que les avions de chasse F-35 ne peuvent pas coexister avec les systèmes S-400, avançant que leur plateforme de collecte de renseignements serait utilisée pour s’informer sur les capacités avancées des avions de chasse furtifs F-35.

L’acceptation, par Ankara, des systèmes S-400 a non seulement des effets négatifs sur l’interopérabilité de la Turquie avec l’Alliance atlantique mais porte également atteinte aux engagements pris les uns envers les autres par l’ensemble des alliés de l’OTAN d’éviter les systèmes russes, selon le communiqué.

La livraison des S-400 se poursuit

Un 14ème avion russe transportant des pièces du S-400 a atterri sur la base aérienne de Murted à Ankara.

Le ministère turc de la Défense a annoncé, mercredi, que la livraison du mécanisme et des équipements du système russe de défense aérienne et antimissile longue portée S-400 se poursuit pour la sixième journée consécutive.

C’est ce qui ressort d’un communiqué publié par le ministère turc de la Défense.

« La livraison du système de défense aérienne et antimissile longue portée S-400 se poursuit » indique le communiqué ajoutant qu’un « quatorzième avion russe transportant des pièces du S-400 a atterri sur la base aérienne de Murted à Ankara ». Le 13ème avion avait atterri quelques minutes plus tôt dans la matinée.

Des sources diplomatiques russes ont indiqué que la livraison du système S-400 se fera en trois étapes. Il s’agit de l’un des systèmes de défense aérienne et antimissile les plus développés et efficaces d’un point de vue technologique. L’armée russe a eu recours à ce système pour la première fois en 2007.

Illustration : la livraison des S-400 a commencé