Washington appelle à la libération « immédiate » du Canadien Michael Spavor en Chine

Le consultant avait été arrêté courant décembre 2018, dans ce qui est perçu au Canada comme une mesure de représailles après l’arrestation quelques jours auparavant à Vancouver de Meng Wanzhou, la directrice financière du géant chinois des télécoms Huawei.

« Détenir arbitrairement des individus pour exercer une influence sur des gouvernements étrangers est totalement inacceptable », a dénoncé le chef de la diplomatie américaine dans un communiqué.

Pékin dément se servir des deux Canadiens emprisonnés comme monnaie d’échange.

La peine contre Michael Spavor a été annoncée alors que Meng Wanzhou comparaît jusqu’au 20 août devant un tribunal canadien pour une dernière série d’audiences consacrées à sa possible extradition.

Un autre Canadien, l’ex-diplomate Michael Kovrig, avait également été interpellé puis détenu en même temps que Michael Spavor pour des motifs similaires d’espionnage.

« Nous condamnons toujours ces détentions arbitraires ainsi que la peine prononcée contre M. Spavor », a fustigé Antony Blinken.