Washington annonce une nouvelle salve de sanctions contre des oligarques et entreprises russes

« Les alliés de Poutine se sont enrichis et ont financé des modes de vie opulents », a déclaré la secrétaire américaine au Trésor Janet Yellen, citée dans le communiqué.

La ministre de Joe Biden assure que le Trésor « utilisera tous les outils à sa disposition pour s’assurer que les élites russes et les soutiens du Kremlin soient tenus responsables de leur complicité dans une guerre qui a coûté d’innombrables vies ».

Le Bureau de contrôle des avoirs étrangers (OFAC) du département du Trésor a ainsi gelé les avoirs de Andrey Guryev, fondateur de l’entreprise de fertilisants Phosagro, « proche associé » de Vladimir Poutine et ancien membre du gouvernement russe.

L’oligarque est propriétaire du manoir Witanhurst, à Londres, la deuxième plus grande résidence privée de Londres, après le château de Buckingham. Il avait déjà été sanctionné par le Royaume-Uni.

Son yacht, l’Alfa Nero, acheté pour 120 millions de dollars en 2014 et qui bat pavillon des Iles Caïman, est également visé par le Trésor, qui précise que le navire « aurait désactivé son appareil de géolocalisation afin d’éviter la saisie ».

L’entreprise Phosagro, cependant, ne fait pas l’objet de sanctions, les transactions liées aux engrais et autres produits agricoles restent autorisées.

Le fils d’Andrey Guryev, qui porte le même nom et fait déjà l’objet de sanctions par plusieurs pays, est également visé.

Sur la liste du Trésor figurent également le sidérurgiste Magnitogorsk (MMK), « l’un des plus grands producteurs d’acier au monde » et « l’un des plus importants contribuables de Russie, fournissant une source de revenus substantielle au gouvernement », ainsi que deux filiales et son actionnaire principal, l’oligarque Viktor Rachnikov.

L’ex-gymnaste et ancienne membre de la Douma Alina Kabaeva, à la tête d’un groupe de médias « pro-Kremlin », et à laquelle des médias prêtent une relation avec Vladimir Poutine – ce que ce dernier dément -, déjà sur la liste noire de l’UE, voit elle aussi ses avoirs gelés aux Etats-Unis.

Le Département d’Etat, de son côté, a également annoncé des restrictions de visas à l’encontre de 893 responsables russes et 31 responsables étrangers pour leur rôle dans la guerre en Ukraine.

Sont également visés trois oligarques, des entreprises publiques russes, et « 24 entités russes liées à la défense et à la technologie ».