Vu d’Allemagne : la fermeture des mines de charbon, un terrain fertile pour l’extrême droite

Abonnés Nathalie Steiwer Envoyée spéciale à Cottbus Publié le – Mis à jour le

International

Le sable blanc est là. Les grands pins s’élancent déjà vers le ciel métallique du Brandenburg. Il ne manque plus que la mer. L’ »Ostsee », la mer de l’Est comme l’appellent ses promoteurs, se fait encore attendre. Le 12 avril, la compagnie minière LEAG a ouvert les vannes pour commencer à remplir l’ancienne mine à ciel ouvert à l’est de Cottbus. Plus de 126 millions de mètres cubes d’eau devaient être déversés d’ici 2025, avant que voiliers et baigneurs puissent s’ébattre dans ce qui ne ressemble encore qu’à un gigantesque désert de terre brune et craquelée.