Violences faites aux femmes: après La France Insoumise, les Verts à leur tour dans la tourmente

Interrogée sur Jean-LucMélenchon, la Première ministre Elisabeth Borne a jugé « évidemment extrêmement choquant d’avoir quelqu’un qui banalise les violences intra-familiales ».

Elle ciblait la réaction, controversée jusqu’au sein de La France insoumise, de l’ex-candidat à la présidentielle au retrait de la coordination d’Adrien Quatennens, qui a avoué dimanche des violences conjugales.

Jean-Luc Mélenchon a dénoncé dans un tweet « la malveillance policière, le voyeurisme médiatique, les réseaux sociaux », saluant en revanche la « dignité » et le « courage » de M. Quatennens. Avant de tenter de corriger le tir dans un deuxième tweet: « Une gifle est inacceptable dans tous les cas. Adrien l’assume. C’est bien ».

Sommées de répondre sur cette réaction et la gestion de LFI, qui essuie sa troisième affaire de moeurs en un an après les affaires Coquerel et Bouhafs, des députées insoumises n’ont pas caché leur malaise en conférence de presse mardi matin.

Pour gérer les cas de violences sexistes, « nous essayons de mettre des mécanismes en place, ça n’est pas parfait », a admis la députée Clémentine Autain.

L’élue de Seine-Saint-Denis a toutefois estimé qu’il fallait reconnaître la « complexité » de telles situations, nécessitant de respecter la présomption d’innocence des mis en cause, de prendre en compte la difficulté sur le plan « humain » de traiter le cas de « camarades » ou encore le respect des victimes.

« Oui, nous assumons que nous tâtonnons », a renchéri la députée de Paris Danièle Obono. Elle a souligné que les députés LFI allaient assister à une formation « obligatoire » sur les violences sexistes et sexuelles lors de leurs journées parlementaires de jeudi et vendredi.

La formation sera assurée par une société co-fondée par la féministe Caroline de Haas. Adrien Quatennens, incité à la discrétion, ne sera pas présent.

Clémentine Autain a par ailleurs eu une pointe d’amertume en demandant « la même vigilance, le même acharnement » vis-à-vis d’autres partis politiques qui ne prennent « aucune mesure », faisant référence au traitement du cas Abad par LREM, qui n’a pas été « traquée de la même manière ».

Selon un député de la majorité, la patronne du groupe Renaissance Aurore Bergé a déclaré auprès de ses troupes, mardi: « Les affaires de violences conjugales ou de harcèlement ne se règlent pas en interne. Si j’étais sollicitée, un de vous ou le secrétariat général du groupe sur ces faits, nous ferions immédiatement un signalement article 40, il est hors de question de garder ça en interne ».

D’une affaire à l’autre ?

L’affaire a eu un effet domino chez les écologistes. Sandrine Rousseau, invitée à « C à vous » sur France 5 lundi soir pour évoquer le cas Quatennens, a accusé Julien Bayou, secrétaire national d’EELV, de « comportements de nature à briser la santé morale des femmes ».

Elle a raconté avoir « reçu longuement » chez elle une ex-compagne « très déprimée » de M. Bayou, qui lui a raconté des « comportements de nature à briser la santé morale des femmes ».

L’éco-féministre a assuré qu' »elles sont manifestement plusieurs » à être concernées par ces comportements, évoquant une « enquête journalistique en cours ».

Le groupe écologiste à l’Assemblée nationale a dû consacrer une large partie de sa réunion de rentrée à huis clos, mardi midi, à discuter du cas Julien Bayou, rien moins que son co-président.

« La cellule d’enquête et de sanction contre les violences sexuelles et sexistes a été saisie cet été et fait son travail », a indiqué à l’AFP la numéro 2 d’EELV et députée Sandra Regol. « Chez les écologistes on n’évite aucune question », a-t-elle ajouté pour se démarquer des Insoumis.

La responsable a argué que Julien Bayou observait déjà une période de mise en retrait en attendant les conclusions de la cellule interne. M. Bayou a néanmoins prononcé le discours de rentrée puis tenu un point presse aux journées d’été du parti fin août à Grenoble.

Clémentine Autain a souligné les limites de « la transparence totale » décidée par Sandrine Rousseau: « Je ne sais pas si (la potentielle victime) a envie que toute la France sache qu’elle a fait une tentative de suicide ».