Vers une nouvelle « page » dans les relations Turquie-Russie : Poutine espère signer un accord de coopération économique avec Erdogan

Le président russe Vladimir Poutine a déclaré vendredi espérer la signature d’un accord pour renforcer la coopération économique avec la Turquie, en accueillant son homologue turc Recep Tayyip Erdogan à Sotchi, dans le sud de la Russie. « J’espère que nous pourrons signer aujourd’hui un mémorandum sur le renforcement de nos liens économiques et commerciaux », a indiqué M. Poutine, au début de la rencontre avec M. Erdogan, retransmise à la télévision russe.

Le maître du Kremlin a remercié le président turc pour ses efforts qui ont permis de trouver un accord entre Moscou et l’Ukraine sur les livraisons des céréales ukrainiennes en provenance des ports ukrainiens de la mer Noire. « Grâce à votre participation directe et à la médiation du secrétariat de l’ONU, le problème lié aux livraisons des céréales ukrainiennes en provenance des ports de la mer Noire a été réglé. Les livraisons ont déjà commencé, et je voudrais vous en remercier », a-t-il indiqué.

Il a également souligné le rôle d’Ankara dans le transit du gaz russe vers l’Europe, via le gazoduc TurkStream. « Les partenaires européens doivent être reconnaissants envers la Turquie parce qu’elle assure le transit ininterrompu du gaz russe », a dit M. Poutine.

Une nouvelle « page » dans les relations Turquie-Russie

De son côté, M. Erdogan a dit espérer que son entretien avec M. Poutine permettrait d' »ouvrir une page très différente dans les relations » russo-turques, ajoutant que des délégations des deux pays avaient eu des discussions « très productives », notamment sur le commerce et le tourisme.

Le président turc a aussi dit vouloir parler avec son homologue russe de la Syrie, où Ankara menace de lancer une opération militaire contre des groupes kurdes qu’il qualifie de « terroristes », ce à quoi Moscou s’oppose.

« Discuter à cette occasion des développements en Syrie permettra d’apaiser la région. Notre solidarité dans la lutte contre le terrorisme est très importante », a souligné M. Erdogan.

Le chef de l’Etat turc a par ailleurs dit vouloir s’assurer que la construction de la centrale nucléaire d’Akkuyu par le géant nucléaire russe Rosatom, dans le sud de la Turquie, respecterait le « calendrier fixé », alors qu’un litige risque de provoquer des retards dans ce méga-projet.